Vintage : The Verve – Bitter Sweet Symphony

‘Bitter Sweet Symphony’ (« Symphonie aigre-douce ») est un titre du groupe britannique The Verve, sorti en juin 1997 et extrait de leur troisième album, « Urban Hymns ». C’est le premier single de cet album qui permettra au groupe de se faire connaître au niveau international, la chanson étant entrée directement dans le top 20 d’une vingtaine de pays et rencontrant un véritable succès.

Elle est la complainte d’un jeune homme révolté par l’absurdité du monde et la fatalité de l’existence. Le clip met en images cette révolte tourmentée. Alors que les violons se font entendre, Richard Ashcroft déboule sur Hoxton Street, une grande avenue commerçante du nord de Londres. Hagard, il s’arrête devant un passage piéton. Quand la batterie s’ajoute, il se met à marcher, le regard fixe, imperturbable. Ignorant les passants et les obstacles, il bouscule les gens, les faisant parfois tomber, et grimpe même sur une voiture qui gêne sa trajectoire. Vers la fin de la chanson le reste du groupe le rejoint. La vidéo s’inspire du clip d’’Unfinished Sympathy’ du groupe Massive Attack, qui montre la chanteuse marchant dans une rue fréquentée de Los Angeles, indifférente aux passants et aux mendiants qui la sollicitent.

Cette chanson fut au cœur d’un procès très médiatisé pour plagiat. En effet, elle présente une troublante ressemblance avec une version peu connue de ‘The Last Time’, chanson des Rolling Stones datant de 1965. Bien que les paroles de la chanson aient été écrites par le chanteur du groupe Richard Ashcroft, elle a été également créditée aux Rolling Stones. À l’origine, The Verve avait négocié une licence pour utiliser un échantillon de l’enregistrement de sessions des Stones avec Andrew Oldham, leur manager de l’époque, mais on les a ensuite accusés d’avoir abusé de cet échantillon. Ainsi ABKCO Records, possesseur du catalogue des Stones a lancé une poursuite, grandement motivé par le succès commercial du single. L’affaire a finalement été réglée, la totalité des droits d’auteur de la chanson revenant à ABKCO et les crédits d’écriture à Ashcroft, Jagger et Richards.

La chanson a été utilisée plus tard plusieurs fois, contre la volonté du groupe, pour des publicités pour Nike ou Opel. Celui-ci était impuissant, les droits étant en possession d’ABKCO Records. Elle a également été utilisée dans des films, des séries télévisées, ou dans le domaine du sport par des équipes pour leurs entrées sur les terrains ou lors de retransmissions télévisées de matchs de football ou de football américain.

[Marjorie]

 

Les commentaires sont fermés