Like a Melody | Live Report Hellfest 2018 – Jour 2

Deuxième jour. Le réveil est difficile, mais on y est dès le matin. Clairement niveau style musical l’orientation est différente de la veille : aujourd’hui on a surtout du hardcore, du neo, et tout ce qui s’en rapproche. Tant mieux, il en faut pour tous les goûts !

Black Bomb A

Début de journée avec Black Bomb A : dans mon souvenir, le groupe (déjà vu il y a 3 ans) était une réelle claque en live. Aujourd’hui, j’ai plus de mal : peut-être l’heure de passage, ou la fatigue de la veille. Je reste donc en retrait pour ce concert

Savage Messiah

On enchaîne tout de suite avec Savage Messiah : une bonne découverte. C’est du heavy metal assez classique, mais très efficace sur scène.

Psykup

Direction l’Altar pour un groupe que j’attendais particulièrement : Psykup. Et comme prévu, c’est excellent ! Leur « Autruche-core » à la fois violent, tranquille et complétement déjanté prend tout son sens en live. Dans la fosse, c’est l’éclate totale : ça bouge, ça saute, ça bastonne… On finira en beauté avec un wall of death des plus mémorables !

Terror

Petit détour par la Warzone pour écouter le hardcore de Terror, groupe que je ne connaissais pas autrement que de réputation. Le groupe produit un hardcore beatdown vraiment efficace, à la limite du thrash.

Body Count

Retour en Main Stage : changement de décor, mais pas de style, avec un groupe plutôt habitué de la Warzone, Body Count. Body Count, c’est la fusion réussie du hip hop west coast et du metal, avec en figure de proue ni plus ni moins que l’emblématique rappeur Ice-T. Très actif dans les années 90, le groupe promeut actuellement l’excellent album « Bloodlust », sorti en 2017. Musicalement, on est sur du gros son hardcore thrash, avec des rythmiques diablement efficaces : le résultat s’en ressent dans la fosse ! Sur scène, c’est l’esthétique west coast gangsta qui est de mise : ça tranche avec ce qu’on a l’habitude de voir au Hellfest. Ice-T terminera le show en faisant monter sa fille sur scène : la petite accomplira avec brio l’importante tâche qui lui incombe : faire le « drop the mic » final !

Children Of Bodom

Direction la scène Altar et changement radical de style avec Children Of Bodom. Cette fois, plus de hardcore, mais plutôt du… euh… melo-black-power-death-folk-symphonic-metal ? Je ne sais pas si c’est comme ça qu’on dit, mais en tout cas c’est ce que dégage leur musique en live ! Des influences très variées, des compositions travaillées, etc. Le concert passe incroyablement vite, une vraie tuerie.

Limp Bizkit

Suite de la soirée avec Limp Bizkit, se produisant sur la Main Stage 2. Après les quelques claques musicales des concerts précédents, celui-ci me laisse sur ma faim. La setlist est presque entièrement constituée de reprises, dont les interprétations sont bien en deçà des originaux, et un son assez mauvais.

Avenged sevenfold

Avenged Sevenfold. Autant vous le dire tout de suite : c’est probablement ma plus grosse déception de ce Hellfest. C’est la deuxième fois que je les voyais. La première, c’était lors du Hellfest 2014. À l’époque, ils passaient en Main Stage 2 en toute fin de soirée, après la tête d’affiche : je me souviens d’un show énergique, d’un groupe qui soulève les foules, de gars qui voulaient prouver qu’ils auraient leur place en tête d’affiche. Et aujourd’hui c’est chose faite : les voilà au Hellfest 2018, en tête d’affiche du deuxième jour. Et moi, j’ai clairement eu l’impression de voir un autre groupe.

Il se trouve que le chanteur M. Shadows avait quelques problèmes de cordes vocales, l’empêchant de chanter correctement. Ok, c’est méga super triste pour lui, mais ça n’excuse pas tout : quand on joue en tête d’affiche d’un aussi gros festival, on doit assurer. Sinon, on ne joue pas. Nous avons donc eu droit à une interprétation assez plate de la setlist, avec également un numéro comique lorsqu’un spectateur a été invité à venir chanter sur ‘Nightmare’ (en l’occurrence, le gars s’en est plutôt bien sorti, il mériterait de repartir avec une partie du cachet d’A7X !).

Outre les problèmes vocaux du chanteur, le concert était d’une mollesse infinie. Entre les discours type « licorne à paillette/we are the world » de M. Shadows, et l’attitude type « guitariste de plage autour du feu » de Synyster Gates, on avait hâte que ça se termine !

Website: http://www.hellfest.fr/

Les commentaires sont fermés