Interview + Concours – Urban Andy : Au début c’était compliqué de savoir comment on allait composer ensemble.

Urban Andy
_ Hello Urban Andy ! On parle souvent de vous chez Like A Melody, mais pour ceux qui ne vous connaissent pas, comment vous êtes vous rencontrés et quand est né le groupe ?

Romain : On s’est rencontrés par le biais de mon frère et d’un copain guitariste à Montpellier. Annette et Phill, son conjoint, cherchaient un troisième musicien pour leur projet de reprises. Annette était au chant et à la guitare et Phill à la batterie, et ils cherchaient un bassiste. C’était en Septembre/Octobre 2014… Si ma mémoire est bonne. Je suis passé chez eux, on a longuement discuté, et puis dans la foulée, il y avait des instruments chez eux et on s’est mis à boeufer les reprises, parce-que c’était vraiment un projet de reprises. Et puis, ça l’a fait je crois, hein ?

Annette : Oui oui ça l’a fait, et puis c’étaient des reprises pas tout à fait conformes, quand même.

_ C’était quoi comme style de reprises ?

Annette : Ça allait de Lykke Li, Nancy Sinatra, aux Daft Punk, les Beatles, Lily Wood… Du coup c’est comme ça qu’on s’est rencontrés.

Romain : Exact. Après répètes, concerts… On a fait les Hivernales à Montpellier trois, quatre mois après. Et puis c’est vers cette période que j’ai commencé à dire a Annette que je voulais me remettre à la compo et que je chercherai une chanteuse. Annette m’a dit que ça l’intéresserait bien… Non ?

Annette : Mouais mouais… Non mais on a pas la même version sur ça en fait (rires). Romain a commencé à me dire « Oui je veux faire de la compo, parce-que la reprise j’aime bien ça mais concrètement je veux faire de la composition ». Et moi j’ai dis « Pourquoi pas ? » mais je n’en avais jamais fait donc c’était un peu…

Romain : Un nouveau challenge !

Annette : Ouais voilà. Je me suis dit « je vais me laisser porter un petit peu » donc il m’a envoyé DES TONNES…

Romain : …De choses ! Des bribes de morceaux. On a fait du tri un petit peu. Elle a commencée à chercher des refrains. Notamment le premier refrain de « Light Fire ».

Annette : Au début c’était compliqué de savoir comment on allait composer ENSEMBLE.

_ Ah justement c’est une de mes questions…

Annette : Le premier texte on l’a à peu près écrit ensemble. C’était dur, moi je n’avais jamais fait ça. Et s’exprimer sans guitare, c’était très compliqué.

Romain : Je lui ai mis pleins de…

Annette : …De contraintes. Direct le gars !

_ Et le nom Urban Andy, ça vient d’où ?

Romain : Pendant ces premiers mois de composition, on cherchait un nom pour coller avec ces images, ces morceaux… On cherchait dans des chansons, des noms qui existaient déjà dans des chansons, différents groupes. On avait des idées mais rien de très convaincant. Un jour on s’est pointés au studio de mon frère. Un pote était là pour enregistrer, et on lui a fait écouter ce qu’on faisait. Il a de suite accroché et en discutant je lui dis qu’on cherche un nom, qu’on a quelques idées. Et puis il nous dit « Non mais c’est pas ça du tout en fait. Votre musique est très urbaine. » Donc le Urban ça vient de là. Et pour Andy… Je voulais vraiment un nom un peu artistique. Un petit clin d’œil. Donc Andy Warhol, New-York… On est mordus de New-York. De la ville, de l’ambiance, des musiciens.

Annette : Et puis de ce qu’a apporté Andy Warhol au Rock n’ Roll quand-même !

_ Enchaînement tout trouvé… Vos influences ?

Annette : Si elles étaient individuelles elles seraient différentes, après si on parle réellement de ce qu’on fait aujourd’hui, on arrive à se mettre d’accord sur certaines choses quand même.

Romain : Heureusement ! (rires) Heureusement qu’on est que deux !

Annette : Lilly Wood, on est d’accord ?

Romain : Oui. Je sais pas pourquoi mais on est d’accord (rires).

Annette : Gossip ?

Romain : Oui.

Annette : On avait quoi d’autres ?

Romain: Bah après, on avait beaucoup apprécié quand vous aviez parlé de Metronomy et de Two Doors Cinema Club… On écoute tellement de trucs divers et variés… Dans les nouvelles compo, y’a des morceaux types Disco, et d’autres plus Stoner, vintage Rock n Roll…

_ Vous en parliez un petit peu tout à l’heure mais comment se passe le processus de composition chez Urban Andy ?

Annette : Oui on n’avait pas fini sur cette chose là.

Romain : À la base on avait essayé d’être à deux, ensemble, mais en fait… Ça ne marche pas.

Annette : On préfère travailler seuls chacun de notre coté et se rejoindre après.

Romain : À l’heure d’aujourd’hui j’arrive avec une partie couplet refrain guitare basse batterie et je prends la température voir si ça lui plait ou pas. Le plus souvent…

Annette : Le plus souvent je dis oui !

Romain : Il y en a quelques unes que tu as mis de coté quand même.

Annette : Mais pour le moment. On y reviendra plus tard ! Après moi je reprend la guitare. C’est très très important pour moi. Il me donne tous les accords et je cherche la mélodie à partir d’une guitare sèche. Et après on repart dans un truc electro… Et c’est à partir de ce moment là qu’on travaille ensemble.

_ En fait ça prend du temps même si vous n’êtes que deux…

Annette : Oui c’est vrai qu’on a pas ce truc là où on se pose dans un coin on prend une guitare sèche et on trouve une mélodie comme ça… Parce-que la musique qu’on fait je ne suis pas sûre qu’elle s’y prête aussi.

Romain : C’est sur que du fait qu’il n’y ait pas de batteur avec nous, on ne peut pas vraiment improviser, même si on peut mettre une batterie avec un téléphone, un beat et puis dessus on peut commencer à s’amuser. Là pour le live on a une dizaine de morceaux, et le dernier c’est une boucle qui se répète et on s’amuse tous les deux à faire des loops aussi bien à la voix qu’à la guitare. Et ça je pense que ça sera à exploiter dans les prochaines compos… On est toujours entrain de cogiter sur la suite.

Annette : Ouais on a encore plein de chose à faire.

_ « Work in progress », quoi.

Romain : Ah oui toujours !

_ La vidéo a aussi une place importante dans le projet, non ?

Romain : Tout à fait. Déjà la premier clip on a essayé de faire quelque chose de relativement sympathique.

Annette : Le plus propre possible, avec les moyens qu’on avait.

Romain : L’équipe du Studio Fish y a passé du temps. On a quasiment rien déboursé. À part le plateau tournant pour le clip où on pouvait tourner dessus. Après il y  a eu le montage pour le clip de « The Sea »…

_ C’est toi qui l’a réalisé ?

Romain : Oui exact. Ça faisait quelques temps qu’on avait cette idée, toujours sur New-York… Et la prochaine vidéo devrait être une captation live aux Estivales de Montpellier le vendredi 5 août. Ça serait vraiment très très sympa.

_ Quels sont les thèmes abordés dans ce premier EP ?

Annette : L’EP est très basé pour l’instant sur les relations hommes/femmes. Je suis restée très classique. Les amourettes, les complications, tout ça…

_ Un artiste avec le quel vous rêvez de collaborer ?

Romain : Oh pas facile comme question. Va y toi, Annette, je cogite pendant ce temps.

Annette : Moi pour le kiff j’aimerais bien faire un duo avec Paul McCartney mais pour le kiff. Sinon après, en vrai qui musicalement apporte aujourd’hui… Je pense qu’on aurait pas du tout les mêmes… Moi ça serait un truc genre les Daft ou Pharrell

Romain : Ah non non non pas du tout alors là… !

Annette : Moi ça serait un tube planétaire. Direct.

Romain : Moi je pensais à quelque chose de beaucoup plus indie. Style Foals.

Annette : En fait moi je suis le coté populaire d’Urban Andy, lui c’est le coté indé.

_ Et que pensez vous de la scène émergente française actuelle ?

Romain : Il y a des choses très très sympathique aussi bien à Montpellier qu’au niveau national. La preuve avec Last Train, Holy Two….

_ Holy Two qui sont signés sur le label de Last train d’ailleurs.

Romain : Oui d’ailleurs si on pouvait signer chez eux aussi…

_ L’appel est lancé !

Romain : Pour revenir à ta question il y a aussi les Mofo Party Plan sur Nîmes qui sont une grosse influence pour nous. Après je suis toujours entrain de chercher des nouveaux groupes dans les festivals du coin, les concours…

_ Quels sont les projets à venir pour le groupe ?

Romain : Les concerts cet été…

Annette : …Qui ne sont pas nombreux mais qui vont nous permettre de nous roder sévèrement. Parce-que pour l’instant on a fait qu’un concert. Et il y a quand même une grosse installation technique en live. On a une vidéo qui est projetée pendant tout le concert, et il manque encore quelques détails, savoir si on la projette sur nous, ou pas sur nous… On réfléchit à pas mal de trucs avec pas mal de lumières de strobo, tout ça…

Romain : On est entrain de voir pour aller jouer sur Paris en septembre/octobre. Et il faudrait aussi qu’on fasse des salles sur Montpellier. Et puis aussi toute la partie contrats, édition qui est toujours en cours, qu’on verra en septembre… La suite au prochain épisode !

Merci à vous !

Concours : Avec Urban Andy, on vous propose de gagner deux exemplaires de l’EP « Light Fire ». Pour cela c’est tout simple, il suffit, jusqu’au Dimanche 7 Août à 20h, de :
1 _ Liker notre page Facebook !
2_ Remplir le formulaire ci-dessous !
3_ Partager cet article en mode public !

Pour retrouver Urban Andy :
Facebook : https://www.facebook.com/URBAN-ANDY-487797038050427/timeline
Deezer :
http://www.deezer.com/artist/10084884
Youtube :
https://www.youtube.com/channel/UCOkgsMFrSStQzw4-l3pYpmg
Retrouvez aussi notre chronique de « Light Fire » par ici !

Les commentaires sont fermés