Vintage : BO du film O’Brother – Man of Constant Sorrow

Pour ce dimanche, nous vous proposons une chanson extraite de la BO d’un film qui a rencontré un grand succès lors de sa sortie en 2000, « O’Brother » des frères Joel et Ethan Coen. Pour leur huitième film, les frères Coen ont réalisé là une comédie franco-américano-britannique.

Ce film est un road-movie qui se situe dans le Mississippi profond, pendant la Grande Dépression, cette période qui va de la crise économique de 1929 à la Seconde Guerre Mondiale. Trois prisonniers s’évadent du bagne : Ulysses Everett McGill (George Clooney) le beau-parleur toujours soucieux de sa coiffure, le gentil et simple Delmar (Tim Blake Nelson) et l’éternel râleur Pete (John Turturro). Ils entreprennent un voyage semé d’embûches et riche en personnages hauts en couleurs pour retrouver leur liberté. Ulysses a convaincu ses compagnons auxquels il était enchaîné de s’évader pour retrouver le magot d’un braquage de banques. Il veut également retrouver sa femme Penny (Holly Hunter). Mais ils devront redoubler d’inventivité pour échapper au mystérieux et rusé shérif Cooley, lancé à leur poursuite…

Ce film s’inspire très librement de « l’Odyssée » d’Homère. On y retrouve certains personnages : Ulysse, éloigné de sa femme Pénélope (Penny) et qui cherche à rejoindre son foyer ; Polyphème, évoqué par le vendeur de bibles borgne ; Poséidon, évoqué par le shérif Cooley …  et certaines situations, comme la rencontre avec les sirènes ou la bataille d’Ulysse avec Polyphème, le cyclope.

La musique est très présente dans ce film et la bande originale est principalement composée de chansons traditionnelles de country, bluegrass, folk, gospel et blues. Le Vintage d’aujourd’hui, ‘Man of Constant Sorrow’ (littéralement « L’homme au chagrin constant »), est une chanson de country américaine, enregistrée pour la première fois en 1913. L’origine de cette mélodie n’est pas certaine mais elle pourrait venir d’un Irlandais qui aurait émigré aux Etats-Unis dans les années 1880. Une première reprise fut enregistrée en 1928 puis elle fut interprétée par de nombreux artistes dans les années 1960 comme Joan Baez, Bob Dylan ou Rod Stewart. Ce titre fut remis à l’honneur dans le film où son interprétation par les Soggy Bottom Boys (« Les Culs Trempés »), le groupe composé des trois personnages principaux, joue un rôle central dans le scénario. En effet, celle-ci est entendue quatre fois au cours du film, deux fois en version instrumentale et deux fois en version chantée.

[Marjorie]

 

Les commentaires sont fermés