Live Report : Yuma Sun – Midem Festival (Cannes) – 3/06/16

Quoi ?! Yuma Sun en Off du Midem Festival ?! I’m in. Un groupe norvégien quasi inconnu en France qui envoie du lourd déjà sur CD et qui se pointe pour jouer pour la première fois dans notre contrée, à deux heures de chez moi, ça ne se refuse pas. Qu’à cela ne tienne, après une vraie bonne journée de merde au travail, je monte directement dans la voiture conduite par mon chauffeur préféré et direction Cannes pour voir et entendre ça de mes propres yeux et oreilles.

Et c’est au Ma Nolan’s, un chouette pub irlandais que ça se passe. Excusez la fatigue de la journée de travail et la faim qui grondait mais entre nous sustenter et voir le groupe qui précédait, il fallait faire un choix et c’est nos estomacs qui l’ont fait. C’est à 21h30 qu’est prévu le groupe. La scène est toute petite et les éclairages dignes d’un pub. Pas évident pour prendre des photos donc. Mais ce soir l’essentiel était la confirmation live de ce groupe qui m’a complètement faite craquer dès la première écoute. YUMA SUN-2
Et le moins que l’on puisse dire c’est que je n’ai pas été déçue. Je m’attendais à un groupe assez barré et c’est exactement ce que j’ai trouvé là. J’y ai retrouvé la folie que je cherchais et l’énergie que je devinais à travers leurs CD. « Leurs », oui, car si le tout juste sorti « Watch us Burn » est leur première publication dans notre cher pays, c’est la troisième production du groupe en réalité. N’hésitez pas à vous y pencher. C’est un mélange de dark country, de post punk, de blues… Et tout cela aboutit à un son qui leur est propre, qu’ils qualifient eux même de « Dommesdagrock » ou « Le jour du Jugement Dernier du Rock » pour ceux qui ne parlent pas norvégien (comme moi, n’est-ce pas).YUMA SUN-6
Bref, revenons-en au concert. Qu’est ce que c’était bien ! Déjà au visuel on sent le grain de folie qui va s’exprimer avec cinq musiciens assez contrastés. Prenez un chanteur plutôt décontracté, un contrebassiste en chemise noire à petit col bien repassé et un des deux guitaristes arborant seulement un mini short en cuir. Mais alors quel accord entre eux musicalement ! Même en configuration serrée, l’énergie qui en ressort est vraiment saisissante. Je ne peux qu’imaginer ce que cela peut donner sur une plus grosse scène…
En parlant d’énergie, la leur m’a fortement fait penser à celle de leurs explosifs voisins suédois, j’ai nommé les Hives, mais en plus dark. Et ce n’est pas rien comme comparaison, lorsque l’on sait de quoi sont capables ces derniers en concert. Marrant justement quand je me souviens que la dernière fois que je les ai vus c’était au Pantiero, à cinq cent mètres de là. M’enfin cette comparaison aussi chouette fusse-t-elle ne doit pas suffire à décrire Yuma Sun qui a sa propre identité. Et parlons un peu de leur générosité ! Car oui, on est dans une petite salle de pub, on est loin du millier de personnes dans le public, mais les cinq musiciens se donnent sans compter. YUMA SUN-11Et vas-y que ça descend de la scène pour venir se frotter aux spectateurs, et que ça traverse la salle en marchant sur les tables. YUMA SUN-7Ils sont tellement à fond dans leur univers qu’ils semblent être dans une sorte de transe pour certains, surtout Simon, le contrebassiste, impressionnant. Un groupe qui vit autant sa musique c’est beau à voir. Et c’est communicatif. Au final le public est conquis. Clairement le set était bien trop court. Il est passé à une allure de folie et j’en aurais bien repris un peu. Et mon Dieu que ‘St. Louise’ est jouissive en live !

Bref ce fut un concert à l’image de leur titre ‘Give me Fever’ ! Une vraie super soirée, à une crevaison de pneu sur l’autoroute sur le retour à la maison près (mais ça en valait la peine).
Et en plus, à l’issue du concert j’ai eu la chance de pouvoir poser quelques questions à Jaran, le chanteur du groupe. L’interview sera à retrouver la semaine prochaine sur le webzine. Une chronique de l’album est également prévue, ainsi qu’un concours pour vous faire gagner un exemplaire de leur galette alors comme on dit : stay tuned !

Info : Les photos ne sont pas libre de droit, pour toute utilisation merci de contacter l’auteur – © Marine Poppins
Cliquez sur la photo ci-dessous pour avoir accès à la galerie complète.

YUMA SUN


Les commentaires sont fermés