Like a Melody | Preview : Someday Festival – Le Ferrailleur (Nantes) – 6 & 7 octobre 2017


L’association Someday Prod ne compte plus : voilà qu’après l’organisation de plusieurs concerts aux line-up prometteuses dans la région nantaise (KO KO MO, Kursed, Colt Silvers…), ils se lancent dans l’élaboration de leur premier festival.

C’est donc sous le nom du Someday Festival qu’ils investigueront le Ferrailleur de Nantes les 6 et 7 octobre prochains.

Une affiche des plus réjouissantes qui prouve instantanément que Someday Prod garde un oeil fidèle sur la scène émergente française : on y retrouvera du rock garage, indie, psyché, en passant par de la dream pop. Des noms que vous avez forcément vus passer au moins une fois, tant il est impossible en ce moment d’arrêter ces six groupes que notre territoire peut être fier d’avoir vu naître.

Au programme :

– VENDREDI 6 OCTOBRE – 

• The Psychotic Monks (Rock Psyché) •

On ne les présente plus : ils sont partout et c’est amplement justifié. On ne se lasse pas de les voir mystifier toutes les scènes de France cette année, après la sortie de l’excellent « Silence Slowly and Madly Shines » au printemps. Chacun de leurs live est une expérience à part entière, et on ne peut que frissonner de hâte à l’idée de les voir défouler leurs névroses sur la scène du Ferrailleur.

« Du bruit, de la fureur, une musique qui s’imprègne avant tout de pulsions de vie. Contre l’idée du leader charismatique, le relai se passe entre eux, à la recherche constante d’un équilibre pris entre folie névrotique et mélancolie contemplative. »

• Pogo Car Crash Control (Garage Rock) •

Ces quatre-là sont connus pour leur énergie époustouflante en live, qualité que personne n’osera nier. Ils ont la réputation de retourner les scènes, dont celles de Rock En Seine l’année dernière et les Francofolies de la Rochelle cet été. Avec une telle ascension, on ne peut s’attendre qu’à une sacrée claque le 6 octobre prochain…

« C’est une grosse énergie gerbée sur un micro. Des textes en français, acérés et sans concession, traitant de l’égoïsme et plus largement de tout ce qui nous dérange. Un rock garage enragé et convulsif dans la veine de Nirvana, Rage Against The Machine et Mudhoney. »

• PurPulse (Indie Rock) •

Locaux de cette première soirée, PurPulse est un trio qui maîtrise le mariage de mélodies aériennes et de riffs tranchants, proposant une recette infaillible qui nous ferait presque penser à la bande de Josh Homme.

« Purpulse c’est de l’énergie à l’état pur, une pulsion à réinventer le rock sans oublier d’où il vient. Un post-grunge haletant à de l’électro enivrante mais résolument rock. »

 

– SAMEDI 7 OCTOBRE –

• Bison Bisou (Indie Rock) • 

Ils viennent de sortir leur premier album « Bodysick » et ont dévoilé une tournée monstrueuse : chance de les avoir au Ferrailleur le mois prochain donc, parce qu’ils ont l’air gonflés à bloc pour assurer la défense des nouveaux titres. Ce dernier est, paraît-il, « né pour briser des cœurs, faire perdre le contrôle et la tête »… Rendez-vous pris le 7 octobre !

« Revenant avec sous le bras ce disque au travers duquel il se reflète : impulsif, naïf et jouissif; dissonances, bruits et larsens comme autant de sextos susurrés. »

• Parlor Snakes (Garage Rock) •

Là, ça sent le garage à plein nez. Ça file droit, ça crache tout en restant subtile, ça sait s’adoucir quand il faut. Un bon retour aux sources, donc, qu’il me tarde de découvrir en live depuis le temps que j’en entends parler.

« Foncer droit devant, la tête dans le guidon, c’est le quotidien de Parlor Snakes. La scène, encore la scène, toujours la scène. Toujours bouffer du bitume, donc. Toujours chercher à convaincre de nouvelles têtes, de nouveaux disciples. »

• The Blind Suns (Dream Pop) •

La crème de la scène locale, une machine à tubes dont on attend avec impatience les dernières merveilles annoncées dans leur second album qui sortira chez Deaf Rock Records. Le live est un régal, je vous conseille d’être à l’heure le 7 octobre !

« Le vent offshore en poupe, ils ont séduits les anglais (production de leur dernier EP par Clive Martin Queen, The Cure), les américains (tournées US, SXSW Austin 2016 & 2017, Levitation Festival) et enfin les français (signature chez Deaf Rock Records – Strasbourg). Un nouvel album produit par Charles Rowell du groupe Crocodiles est dans les cartons. »

Impossible, à la fin de cet article, de ne pas être irrésistiblement tenté de participer au Someday Festival, n’est-ce pas ?

Et pour conclure, le mot de l’organisation du festival :

« Le Someday Festival est la suite des différentes soirées concerts estampillées « Someday Productions » organisées sur le secteur nantais et notamment au Ferrailleur. Lors de ces différentes soirées, nous avons pu accueillir des pointures telles que Last Train et Ko Ko Mo. Une programmation axée sur la découverte et la qualité. Someday Productions étant un label & booking indépendant, nous souhaitons mettre en avant les groupes de notre structure –PurPulse sur cette édition- et s’entourer de la crème de la musique rock indé du moment, sous toutes ces formes. Une affiche ambitieuse, un prix abordable = Someday Festival ! »

 

Tarifs : Pass 2 jours 20€ / 1 jour 12€ sur Digitick.

Toutes les infos sur l’événement Facebook.

Les commentaires sont fermés