Like a Melody | Vintage – Pink Floyd – Interstellar Overdrive

« I thought it was fucking awful and had so little to do with what they did live »
Pete Townshend (The Who), about « The Piper at the Gates of Dawn »

« Je le trouvais nul à chier, il avait tellement peu en commun avec ce qu’ils faisaient en concert »
Pete Townshend (The Who), à propos de « The Piper at the Gates of Dawn »

1967. Dans le fameux studio d’Abbey Road, The Beatles enregistrent leur huitième album, le très célèbre « Sgt. Pepper’s Lonely Heart Club Band ». Mais ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Car dans le studio voisin, quatre musiciens à l’époque peu connus du grand public effectuent des prises pour leur tout premier album, qui sera intitulé « The Piper at the Gates of Dawn ». Ce groupe, c’est Pink Floyd.

Orchestrée par le talentueux mais imprévisible Syd Barrett, la musique de Pink Floyd est alors un cocktail détonnant de rock psychédélique avant-gardiste et bruitiste plutôt inhabituel, ce qui fait que ce premier album rebute en général à la première écoute. Et pourtant, la plupart des titres proposés par le groupe furent modifiés afin de s’approcher d’un format plus commercialisable pour la maison de disques, s’éloignant des murs de son assourdissants que le groupe avait l’habitude de jouer en live.

Le seul morceau ayant plus ou moins échappé à ce formatage est ‘Interstellar Overdrive’. Le titre dure neuf minutes, il est entièrement instrumental et il est issu d’une totale improvisation. On retrouve trois parties distinctes : d’abord une introduction rythmée par un motif en descente chromatique très caractéristique, puis une longue partie improvisée où les sons générés par la guitare ont un effet entêtant, presque horrifique ; et enfin une conclusion, avec un retour du motif initial. De nombreuses versions de ce titre existent, plus ou moins longues. En réalité il semblerait qu’à cette époque le groupe interprétait une version différente du morceau quasiment à chaque concert.

L’album « The Piper at the Gates of Dawn » est sorti le 5 août 1967. Cinquante ans plus tard, le groupe n’est plus, et deux des membres fondateurs (Syd Barrett et Richard Wright) nous ont malheureusement quittés. Cependant, l’empreinte qu’a laissée Pink Floyd est indélébile. Avec « The Piper at the Gates of Dawn », le petit groupe de Cambridge posait la première brique de ce qui allait devenir l’une des plus extraordinaires aventures musicales du vingtième siècle.


Bibliographie :

Mark BlakePigs Might Fly, The inside story of Pink Floyd – 2007

Les commentaires sont fermés