Like a Melody | Interview : Roxane, organisatrice et programmatrice du East Summer Fest


La semaine dernière, on te faisait un live report du East Summer Fest. Et à cette occasion, Roxane Boillod (organisatrice, programmatrice et fer de lance de l’association Trash Xylo) a accepté de répondre à quelques questions pour nous. Un moyen d’en savoir un petit peu plus sur le coulisses d’un festival !

_Salut Roxane ! Tout d’abord, est-ce que tu peux te présenter et nous parler de ton parcours professionnel ?
Roxane : Alors mon parcours professionnel… J’ai commencé la guitare classique à l’âge de six ans dans une petite école de musique (mon père était déjà musicien) et j’ai enchainé avec des musiques actuelles (guitare électrique, batterie). Il y avait deux profs dans cette école de musique qui étaient impliqués et qui nous ont fait découvrir le monde des concerts et de la scène. J’ai eu un déclic vers quinze ans, en me voulant musicienne mais c’est compliqué, alors je me suis dit que j’aimerais bien devenir ingénieur du son. De là, j’ai fait un BTMM (Bac de Technicien des Métiers de la Musique) et j’ai enchaîné avec un DMA (Diplôme des Métiers des Arts) option son. Après, j’ai commencé par faire du plateau (Chez Paulette, JDM, TOTEM, Reggae Sun Ska) et j’ai enchaîné en me mettant derrière une console façade. Et maintenant je fais de la tournée et pas mal de régie technique.

_On est là pour parler du East Summer Fest, mais aussi de l’association Trash Xylo, qui en est à l’origine. Peux-tu nous en toucher quelques mots : comment l’assoc a été créée, dans quel but… ?
Roxane : L’association à été créée en 2008, à la base par le groupe TRASH XYLO (on avait besoin d’une association pour organiser les concerts ! ), et puis en 2011 on a décidé de commencer à faire de la prog.
Le but, maintenant, de l’association est de promouvoir et de défendre les musiques actuelles en Lorraine.

_Tu es organisatrice et également programmatrice du festival. Comment s’organise ton emploi du temps d’une année sur l’autre ?
Roxane : Alors pour le côté programmation, y’a rien d’écrit à l’avance. Selon les offres que je reçois des différents tourneurs avec qui je travaille,  je programme ou pas les groupes.
Par contre pour le festival maintenant c’est plutôt rôdé : en septembre, on se réunit pour faire un bilan de l’édition passée puis on commence à discuter de la prochaine. En octobre, on propose les premiers projets (artistes, plasticiens…). En novembre/décembre on attaque toute la partie com et dossier de subvention, et après la machine est lancée, tout va très vite jusqu’au mois de juillet !

_D’ailleurs, on trouve plutôt des mecs généralement à ta place, est-ce facile pour une nana de s’imposer ?
Roxane : C’est pas forcément évident au début mais comme j’ai un fort caractère tout se passe bien !

_Le East Summer Fest est un lieu convivial, familial et assez éclectique au niveau de la prog, justement pourquoi deux jours à tendance musicale différente et comment se met en place la prog ?
Roxane : Pourquoi deux jours à tendance musicale différente… Tout simplement parce que pour les premières éditons tout était mélangé et on s’est vite rendu compte que ça ne marchait pas. A partir du moment où on a dissocié les deux soirées, plus de public est venu. Et aussi parce qu’on est deux programmateurs : Alx, qui est dans le milieu reggae dub, s’occupe du vendredi (c’est plus son domaine) et moi du samedi.

_Le festival fait la part belle chaque année à des groupes locaux, comme Snap Border cet été ou Dog’N’Style l’an passé. Ce sont des groupes que l’on suit chez Like a Melody et qu’on aime retrouver sur cette scène. Est-ce une volonté de ta part de mettre en avant les groupes émergents ?
Roxane : Oui, ça fait partie aussi du East Summer Fest et de l’association Trash Xylo. On veut pas juste programmer des groupes locaux pour faire bien, on veut que ça leur serve également. Généralement, on met en place avec eux un espèce de « package » où on les oriente vers la promotion et le développement.

_Quelles sont tes influences musicales perso ?
Roxane : Moi les Clash, les Béru, Rob Zombie

_Y-a-t-il un groupe ou un artiste que tu rêverais de voir jouer ici ?
Roxane : Ouais les Bérurier Noir !!! Mais comme tu dis c’est un rêve !

_Concernant le fest en lui-même, un point d’honneur est mis sur l’aspect environnement, peux-tu nous faire part de tes motivations sur cet aspect ?
Roxane : C’est assez naturel. On fait déjà cela au quotidien donc il était tout à fait normal de l’adapter au festival !

_Et tu dirais quoi à quelqu’un qui ne connaît pas le festival pour lui donner envie de venir ?
Roxane : Qu’il est en train de louper sa vie !

_Quels sont tes projets à venir avec Trash Xylo et pour le East Summer Fest ?
Roxane : Écoute en 2018 c’est les dix ans de Trash Xylo, du coup on a prévu quelques surprises et quelques soirées… Et pour le East, on est déjà en train aussi de se pencher sur la dixième édition.

_Avec tout ce que tu as à gérer, as-tu déjà été confrontée à des « couacs » ?
Roxane : Les couacs c’est jamais des bons souvenirs… Mais en anecdote, je peux te raconter un mec du village qui a voulu revivre sa jeunesse et qui voulait pas payer l’entrée… il a grimpé dans un saule pleureur de huit mètres de haut devant le site du festival et puis il est resté coincé… impossible de redescendre… pompiers etc… c’était très drôle !

_Pour finir, on va pas te demander le mot de la fin mais pourquoi pas le morceau de la fin ?
Roxane : ‘I Fought The Law’ – The Clash.

Merci Roxane ! Et à l’année prochaine !


Pour retrouver le East Summer Fest : https://www.facebook.com/East-Summer-Festival-182805485103303/

Les commentaires sont fermés