Like a Melody | Live report : Tyler Bryant & The Shakedown + Biffy Clyro + Guns n’ Roses – Stade de France – 07/07/2017


Stade de France
. Arrivée autour de 19h. Les usagers du RER D sont pour la grande majorité tous affublés d’un tee-shirt Guns n’ Roses et certains portent un bandana dans les cheveux. Retour dans les années 90’s ? Non, nous sommes bien en 2017 et depuis un peu plus d’un an, Axl Rose, Slash et Duff McKagan se sont retrouvés pour quelques concerts qui, de fil en aiguille, se sont transformés en tournée mondiale. Ce soir le « Not in the lifetime tour » fait escale en France pour le plus grand plaisir des fans nostalgiques (et de la fan de Slash que je suis).

Tyler Bryant & The Shakedown, la première partie, ratée, j’arrive en plein pendant le set de du second groupe, Biffy Clyro. Le son est agressif et il est très compliqué d’apprécier le set même avec des bouchons d’oreilles. J’utilise le temps restant pour passer par la buvette et acheter un beau verre customisé Guns n’ Roses, certains en avaient déjà empilé plusieurs ! Bien placée du côté est (le côté de Slash évidemment), on attend le groupe prévu pour 20h et les Guns n’ Roses arrivent à l’étonnement général dans les temps.

A partir de maintenant, c’est un moment hors du temps qui démarre, on ne le sait pas encore mais on va en avoir pour nos yeux, oreilles et argent pendant près de 3h20. Les musiciens ont pris place et nous déroulent un set qui alterne savamment les différents morceaux phares de leurs différents albums, incluant même celui enregistré par Axl Rose sans Duff et Slash. Sur une telle durée, on observe quelques moments de relâchement de la part du  public avec des titres qui prennent moins que d’autres.

‘It’s so easy’, ‘Mr Brownstone’, ‘Chinese Democraty’ et ‘Welcome to the Jungle’ constituent un tour de chauffe efficace. Axl Rose est plutôt en forme vocalement même s’il ne monte pas toujours aussi haut qu’il y a vingt-cinq ans. Il est soutenu aux chœurs par Duff, Dizzy Reed et Melissa Reese, la dernière recrue en date. La formation live fonctionne bien et, est bien rodée à l’exercice de la tournée, ce qui rend par moment le show un peu impersonnel.

Encore quelques grands morceaux du groupe comme ‘Estranged’, la reprise de ‘Live And Let Die’, ‘Rocket Queen’ et ‘You Could Be Mine’ avant que Duff ne chante sur ‘New Rose’. Pendant ce temps, la diva Axl peut changer de veste, de chapeau ou de tee-shirt… !

Le concert prend ensuite une tournure plus soft avec ‘This I Love’, ‘Civil War’, ‘Yesterdays’. ‘Coma’ précède le moment des solos de Slash qui manie la guitare comme nous on écrit et régale musicalement son public. Viennent ‘Sweet Child O’ Mine’ et ‘My Michelle’ qui seront suivis par une reprise des Pink Floyd ‘Wish You Were Here’ qui se traduit par un duo entre Slash et Richard Fortus. Le résultat n’est pas vraiment des plus réussis.

Pendant ce temps un piano est installé pour qu’Axl puisse faire résonner les notes de la fin de ‘Layla’ d’Eric Clapton pour enchaîner avec l’énorme ‘November Rain’. En hommage à la mort récente du chanteur Chris Cornell, les Guns n’ Roses reprennent ‘Black Hole Sun’ le tube qui a fait connaître au grand jour son groupe Soundgarden. Le Stade de France est scotché, mais pas de répit, ‘Knockin’ On Heavens Door’ se rappelle à notre bon souvenir et Axl profite de ce morceau pour rendre hommage aux victimes des attentats en France. ‘Nightrain’ démontre ensuite que le public n’a rien perdu de son énergie et qu’il est prêt pour le rappel.

Pour ces derniers instants avec les Guns n’ Roses le choix est porté sur ‘Sorry’, ‘Patience’, une reprise de AC/DC ‘Whole Lotta Rosie’, ‘Don’t Cry’ (LE moment de cette soirée ! ), ‘The Seeker’ des Who et pour conclure en apothéose ‘Paradise City’.

On quitte le Stade de France rincé mais heureux !  Le groupe parle peu mais il ne s’économise pas et le set est généreux. Beaucoup ce soir ont réalisé un rêve de gosses en voyant pour la première fois ces trois légendes réunies et tous se sont replongés avec plaisir dans le répertoire de ce groupe phare de l’histoire du rock.

 

 

 

Les commentaires sont fermés