Like a Melody | Billet d’humeur – Laissez-nous pleurer…


Chester Bennington
(Linkin Park) vient de nous quitter et laisse derrière lui des millions de fans effondrés. Ce billet d’humeur n’est pas un hommage pour lui, je ne suis pas assez fan pour me permettre de faire cela. Cependant, Linkin Park et son chanteur ont bercé mon adolescence et ma vie de jeune adulte, et si je suis attristée, c’est plus particulièrement par la profonde tristesse de mes amis.
Pourquoi cet article alors ? Parce que j’en ai marre d’entendre ou de lire des commentaires affligeants qui méprisent la peine ressentie par les fans à chaque décès d’un artiste.

« C’est bon, arrête de chialer, c’est pas comme si t’avais perdu ta mère ou ton frère ! ». Certes. Mais pour les gens comme moi qui aiment la musique, perdre un artiste c’est faire un deuil. Oui, un deuil. Le deuil de souvenirs liés à cette musique, de rencontres, de moments live plein d’émotions, de partage, de soutien lorsqu’on va mal. Parce qu’on ne vivra plus de nouveaux souvenirs, parce que ce ne sera plus comme avant… C’est se souvenir à quel point cet artiste a déclenché en nous des sentiments énormes, qu’il nous a donné envie de faire de la musique, ou de travailler dans la musique, ou tout simplement nous a aidé à passer des moments difficiles dans notre vie. J’ai été plus touchée par la mort du guitariste d’un groupe de punk français que j’affectionne, que j’avais rencontré plusieurs fois et qui était un mec adorable, que par le décès d’une grande tante éloignée que j’avais jamais vu de ma vie. C’est mal ? Non, c’est humain.
Quand tu es super fan d’un groupe ou d’un chanteur, on te fait souvent des remarques à la con à ce sujet : « Mais quand il sera mort Machin, tu vas te suicider ? Tu vas porter le voile noir pendant un an ? Tu te mettras quand même pas en arrêt maladie pour ça ? ». Non, rien de tout ça certainement. Seulement, cet artiste fait partie de ma vie, de mon histoire, de mes meilleurs moments, de centaines d’heures passées en concert, de rencontres importantes, d’aide et de refuge dans les moments difficiles… alors oui, je pleurerai. Beaucoup.

« De toute façon, c’était un camé et il était à moitié taré, pourtant il était blindé de thunes ». Alors là, on commence à toucher le fond. Qui on est toi et moi pour juger de la santé mentale des gens ? Crois-tu vraiment que la richesse ou la célébrité immunisent les gens contre la dépression ? Ou alors peut-être crois-tu malheureusement, comme encore trop de gens, que la dépression n’est pas une vraie souffrance et une vraie maladie ? Y’a pas grand chose de plus à dire là-dessus…

« Linkin Park c’est de la daube, Chester c’était quand même pas Jackson ou Bowie ! ». Ok. Donc, en résumé on a le droit de chialer pour les « icônes » mais pas pour le chanteur du groupe punk de sa ville, même si ce dernier t’as apporté cent fois plus d’émotions ? Encore une fois, chacun ses idoles, chacun son histoire musicale. Quand Maître Gim’s nous quittera, ça ne gâchera pas ma journée mais je viendrai pas me foutre de ta gueule si tu pleures, merci.

Mais en vrai on est tous pareils. Qui n’a jamais pleuré devant un film ou une série télé ? Pourtant, on est bien d’accord, c’est de la fiction, les personnages n’existent pas, ne souffrent pas vraiment (oui oui même Simba et Bambi sont faux). Sauf que là, on parle d’une vraie personne, avec une famille, des proches… Sauf que là, on se prend un train dans la tronche et on arrive pas à croire qu’il est parti. Sauf que oui, on peut aimer un artiste, l’amour a plusieurs facettes, il n’en est pas moins profond…

Alors ouais, t’as le droit d’en avoir rien à foutre de la mort de Chester, tout comme celles des autres artistes. Ouais tu peux même rigoler si tu veux. Mais, s’il te plaît, ne vient pas mépriser la tristesse des autres parce que ça craint ! Le mec avait quand même que quarante balais et des gosses, et que tu le veuilles ou non, le suicide c’est moche. La détresse, la souffrance, la dépression, la drogue, c’est moche. Et surtout, ça peut arriver à tout le monde, mets-toi bien ça dans la tête…

Pour tous les amis que j’ai sentis profondément touchés, qui sont affligés par la perte de Chester, idole ou modèle musical, ou pour ceux qui ont vu s’envoler une partie de leur adolescence comme moi, courage et love les gars.

RIP Chester, Yann, Dimebag, ou qui vous aimiez peu importe, pourvu qu’ils aient compté pour vous. Pour tous ceux qui, en général, ont la musique comme passion avec des artistes comme vecteurs de leur existence. Pleurez, allez-y, exprimez votre tristesse et ce manque. Sans honte. Restez humains quoi.

Les commentaires sont fermés