Like a Melody | Chronique : Nina Johansson – Nina Johansson

Une beauté nordique. Une voix chaude. De la Suède à la France. De Kalmar à Paris, en passant par Montpellier. Nina Johansson, retiens ce nom.
Il était une fois, une artiste ayant remporté le prix de la création aux Ailes de Montmartre, tremplin jeune talent de la bohémienne Butte. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, David Assaraf (Keren Ann, Sylvie Vartan, Arthur H…) lui fit une jolie proposition ce jour-là : co-réaliser un EP avec l’aide de Thibaut Javoy chez Abbesses Music. Promesse tenue, le 14 avril dernier sortait ce premier chef d’œuvre au titre éponyme. Un EP plus que prometteur. Quatre titres et bien plus d’émotions encore.
Pour Nina, on parle de trip-hop progressive. Mais personnellement, j’ai décidé de ne la mettre dans aucune case de “genre musical”, seulement celle de mon cœur. Tu vas comprendre pourquoi. Un indice… Le cœur est le meilleur endroit apte à recevoir ce que Nina Johansson t’a concocté.

Quatre titres donc. Ok. J’appuie sur play. Partons à l’assaut de ces contrées scandinaves !
Je commence doucement avec ‘Would You Follow’. Un piano minimaliste. Un timbre écorché, presque groove. Je me trouve actuellement dans une autre dimension. Suis-je dans l’espace ou au fond des océans ? J’ai l’impression de croiser le son des étoiles mais également le sonar d’un dauphin. Ce dont je suis certaine c’est que cette femme souffre. Elle se noie dans l’abîme, peut-être au milieu des galaxies. Une question revient “If I should leave would you follow ?”. Il s’agit sans aucun doute d’un amour déchu. Plus de quatre minutes se sont écoulées. Nous laissant sans réponse. Sans voix. Sans qu’on s’y attende. Juste toi et ce bruit lancinant. Tu viens d’entrer dans l’univers de Nina Johansson. Il est trop tard pour reculer. Tu es déjà envoûté par sa mélancolie glaciale, son chant et ses textes tourmentés. Välkommen (bienvenue en suédois) !
A présent, j’enjambe une chanson ‘One Step Too Low’. Tu croyais vraiment que j’allais tout te dévoiler comme ça ? Je peux juste te parler d’un rythme plus trash, d’un appel à la démence, d’un besoin d’échapper à quelque chose, d’une boîte noire et profonde où les sons t’aspirent en un écho…
Désormais, je me trouve avec ‘Johnny’. Retour à Paris. Des talons résonnent le long des ruelles. Des oiseaux aussi. Nous sommes à Montmartre. Je l’imagine attendre seule sur un banc. Il fait froid. Nina commence à chanter. Un ton linéaire sur les couplets, prenant de la hauteur lorsqu’elle parle du fameux Johnny. En quelques secondes, le décor parisien disparaît, laissant place à diverses lignes d’horizon. Le paysage sonore n’a alors plus de limite. On nous a bâti un monde sans fin. Les notes s’y bousculent, se caressent. Je crois à un souvenir d’enfance, ce qui expliquerait ce xylophone venu de nul part. Bouleversée par cette berceuse, je suis perdue. Pourtant c’était doux, léger. Mais ne comprends-tu pas ?
Terminons (oui déjà) avec mon coup de foudre. Littéralement. Un son acoustique, hypnotique, magnifique. ‘It’s Not Our Time’ te convie à l’instant le plus intime de l’EP où la vie ne tient plus qu’à une corde de ce violon. Je t’écris ces quelques mots “Can you look into her eyes ? Can you feel how the fire dies when you take her hand ?” “Do you still hear her call ? Do you see her shadow on the wall ?” en attendant le dernier souffle de ce piano, de cette voix, de cette douleur, aigus. Au bout de trois minutes, la mélodie s’envole, seule. Elle nous tire les larmes hors des orbites. Il est temps. Oui, il est temps de dire adieu…

Nina Johansson (l’artiste) c’est une femme pleine de questions qui, au fil des chansons, réussit à se livrer. Nina Johansson (l’EP) c’est quatre extraits d’une longue introspection. On y trouve des cicatrices encore ouvertes, de la solitude. J’y ai également aperçu des aurores boréales à travers cette musique typiquement nordique (je fais référence ici à Sigur Ròs). Ses origines sont très présentes dans ses créations et elle peut en être fière (l’Eurovision a été six fois remportée par la Suède tout de même !).
J’attends l’album maintenant… Et toi ?

Ma séléction :
‘It’s Not Our Time’
‘Johnny’
‘Would You Follow’

Pour retrouver Nina Johansson :
Website : http://ninajomusic.com/
Facebook : https://www.facebook.com/Nina-Johansson-797111920303889/?fref=mentions
Twitter : https://twitter.com/ninajomusic
Deezer : http://www.deezer.com/album/15628304
Soundcloud : https://soundcloud.com/ninajohansson

Pour te donner encore plus l’envie de plonger dans l’univers de Nina Johansson, voilà son tout nouveau clip, frais d’aujourd’hui :

 

Les commentaires sont fermés