Live Report : Vesperteen + Secret Midnight Press + Roman Generation – La Péniche Antipode (75) – 14/05/17


Un dimanche soir n’est jamais enthousiasmant. Un dimanche soir à La Péniche Antipode de Paris, en compagnie de Vesperteen, Secret Midnight Press et Roman Generation est une toute autre histoire. Autant te prévenir maintenant, tu vas lire un live report passionné d’une fille faisant quatre heures de route, seule, pour faire l’une des rencontres de sa vie.

19h30 – J’arrive près de la péniche. Dehors, la soirée débute dans une douceur printanière. Serait-ce un avant-goût de ce qui nous attend sur le bateau ? Une petit queue de fans aux cheveux colorful, aux joues maquillées d’un “V” paillette, aux t-shirts à l’effigie de Vesperteen patiente. Parmi la trentaine de personnes, des allemands, des slovaques, des anglais, et une majorité de français tout de même. Le dialecte est différent mais un langage les unit, le langage Vesperteen. Ils ne se connaissent pas mais je ressens cette même folie brûlante. C’est palpable. Il semblerait presque qu’un groupe d’amis parte simplement pour une traversée sur la Seine. Et quelle traversée !

20h – Entrée sur la dame de fer (non pas la Tour Eiffel, la péniche). De l’extérieur, je me posais une question… Mais où est la scène ? On ne va pas regarder le concert à travers ces gens qui mangent ? Bien sûr que non ! Nous sommes invités à pénétrer dans les entrailles de madame Antipode. Le concert se déroulera dans la cale. Un espace intime pour un concert intimiste. De suite à l’aise, le public s’assied à même le sol ou sur des banquettes longeant ces 30 mètres carrés. Je m’installe au fond. En retrait afin de capter le ressentit de chacun. Aussi improbable que cela puisse paraître, je me trouve assise à côté de la femme du chanteur tant attendu. Ce qui me vaudra une mise en lumière lorsqu’il la pointera du doigt, un peu plus tard. J’ai pu également profiter de la venue prématurée de Vesperteen pendant la première partie. Il apportait tranquillement un verre à ses comparses, eux aussi juste derrière moi. C’est vous dire la proximité qu’il y avait dans cette mini cale. Passons les anecdotes d’une groupie en transe… Parlons plutôt de la première partie.

Roman Generation. Fondé en 2009. Six albums en huit ans. Devant nous, un homme seul avec sa guitare électrique. Il est assis sur un tabouret, un béret vissé sur la tête. Ce français nous présente des chansons folk/ rock américaines. J’entends une voix dans le public faisant référence à Neil Young. Effectivement, il y a de ça. Une voix légèrement plus pincée. J’apprécie le premier, le deuxième titre. Puis au bout du troisième, son set résonne redondant, linéaire. Ce n’est seulement qu’au final, dans la noirceur de la scène, qu’il chope son harmonica et nous surprend une fois le projecteur rallumé. Il ajoute à cela un solo de guitare de plus en plus endiablé, paré de crash et de reverb. Dommage, il était trop tard. Néanmoins, les fans l’ont très bien accueilli et il restera une bonne découverte. Merci Roman Generation !

Pause musique et bonjour la poésie. Bien qu’ici tout le monde les connaisse, je me dois de te les présenter. Secret Midnight Press c’est Ashley Dun (sœur du renommé batteur de Twenty One Pilots) et Jesse Cale (personnage haut en couleur). Ces amis de longue date ont lancé, quelques années auparavant, un projet regroupant leurs deux livres, ‘Smoke Signals’ (Ashley) et ‘Mentha Spicata El Corazon’ (Jesse). Les ouvrages sont composés de poèmes pour “se sentir moins seul, aimé et compris. Savoir qu’il y aura toujours un soleil derrière les nuages. Explorer la profondeur de nos âmes, l’obscurité et peut-être aussi l’espoir et l’amour.”. Les américains partagent avec nous une sincérité troublante. Ils nous lisent certains de leurs poèmes. On rit, on discute, parfois au bord des larmes (de joie ou de tristesse). Ils construisent autour de nous une bulle d’amour drapée d’une sensibilité à fleur de peau. Pour tout te dire, Secret Midnight Press débutait son existence il y a six ans jour pour jour. Il n’a pas fallu longtemps pour que leurs Late Night Feelers entonnent “joyeux anniversaire” à l’unisson. Je les sens réellement touchés, presque intimidés par tant d’engouement. Quelle bonne idée d’accompagner votre ami Vesperteen sur cette tournée européenne !

Justement, le voici. Projet solo porté par Colin Rigsby. Ce dernier est également batteur du groupe outre-atlantique House of Heroes. Fort de cette expérience, Colin est déjà un habitué des compos et des tournées à travers le monde. Madame, Monsieur, ce soir tu as l’honneur d’être présent à son premier concert français. Vesperteen c’est de la pop/ rock USA comme on aime. Si son EP éponyme est très produit et à consonance électro, ce n’est seulement qu’avec sa guitare électrique qu’il assurera ce show. Vesperteen nous arrive du fond de la salle. Enjambant le public assit. L’air de rien. Comme s’il n’y avait pas de quoi être impressionné. Il s’installe seul. A l’ancienne, nul besoin de technicien. Face à nous, non pas une star mais bien un musicien, un artiste. Tu saisis la nuance ? C’est ainsi que commence son set d’une dizaine de chansons. Parmi elles, une reprise de Death Cab For Cutie “I Will Follow You Into The Dark” et une petite nouvelle. D’autres que l’on connaît et qu’on prend plaisir à chanter avec lui. “Shatter in the Night”, certainement celle qui te restera en tête durant plus de trois jours, ou encore “Drinking from an Empty Glass”. Je suis marquée par une voix sachant se faire puissante, douce, fragile parfois. Un vrai délice. Entre deux chansons, Colin prend le temps de nous raconter son excursion au Louvre, un verre de vin rouge à la main. Il essaie de parler français. Ce 14 mai, Vesperteen s’est invité dans notre salon. C’est du moins l’impression que ça me donne. Malheureusement, l’heure du rappel a sonné. On en veut d’autre ! ENCORE ! ENCORE ! Ouf, il revient. Une petite série d’arpège plus tard, on reconnaît enfin le morceau culte “Hallelujah”. Les réactions sont unanimes. On adore ! Frissons. Instant de grâce. Merci Vesperteen de raviver nos doux souvenirs.

23h – Et bien non, ce n’est pas fini. Tu as maintenant le fabuleux privilège de rencontrer Jesse, Ashley et Vesperteen. Tu ne croyais tout de même pas partir sans leur dire au revoir. Sagement, nous attendons tous notre moment. Celui dont tu as rêvé pendant les quatre heures de route (je t’avais prévenu). Chacun d’entre eux prend réellement le temps d’échanger avec leurs fans. Il y aura des cadeaux offerts (macarons, drapeau tricolore), des œuvres d’arts signées (oui, les fans sont eux aussi des artistes), des photos, des câlins (et ouais !), beaucoup de compliments et d’amour bordel ! La Péniche Antipode est la salle de concert que j’ai eu le plus de mal à quitter. Lorsque cela fut fait… Physiquement hors du bateau, mon esprit resta avec mes nouveaux amis. Des papillons dans les oreilles et des étoiles plein les yeux.

Les commentaires sont fermés