Like a Melody | Rencontre avec Didier Wampas – « Le rêve c’était de faire un groupe de rock et de faire des concerts, des chansons, mon rêve il est là. »


C’est le printemps et tout le monde essaye d’être content ! Mais quoi de mieux qu’une rencontre avec le leader mythique d’un des groupes préférés de notre scène alternative française pour illuminer ce beau mois d’avril ? Like a Melody vous propose donc une entrevue avec Didier Wampas, à l’occasion du passage des Wampas Chez Paulette (54), pour la tournée de leur douzième album « Evangelisti ». Un dialogue tout en simplicité, autour de la musique.

_ Salut Didier, tout d’abord, est-ce que tu peux présenter Les Wampas, au cas où il y ait encore des gens qui ne vous connaissent pas ?
Didier : Oh non, j’aime pas cette question… Vas-y toi, tu présenteras ! (comme c’est un groupe qu’on ne présente plus, je vous évite un long paragraphe de lecture!)

_ D’où vient le nom du groupe ?
Didier : Il fallait bien un nom voilà, c’était dans Rahan y’avait les Wampas. On a gardé, ça sonnait bien le nom tu sais, on l’a gardé tout de suite. C’était le batteur à l’époque qui avait trouvé ça.

_ Du coup, je vais pas te demander non plus de résumer le parcours des Wampas…
Didier : Non non non, tu feras ça, c’est chiant ça !

_ Est-ce que tu veux nous parler quand même de votre dernier album « Evangelisti », comment s’est passé l’enregistrement, qui a été assez rapide je crois, et d’où vient le nom ?
Didier : Comme d’habitude on a fait pareil. Le titre il est venu après, l’album était déjà fini, y’a rien sur l’album qui est en rapport avec Evangelisti.

_ Justement, comment ça se passe la création chez vous?
Didier : Je prends une guitare, j’écris des chansons tout le temps, en yaourt, et après on répète, on enregistre et je met les paroles.

_ Tu fais les paroles après donc?
Didier : Ouais je fais les paroles après, neuf fois sur dix, le plus tard possible.

_ Moi qui ai déjà fait plusieurs concerts des Wampas (c’est bien, dixit Didier) c’est toujours un moment fort en joie et en émotion, du coup tu préfères quoi la scène ou le studio ?
Didier : Quatre-vingt quinze pour cent des groupes te disent que la scène c’est le plus important, mais c’est pas vrai, si y’avait pas de chansons, si y’avait pas de disques, on serait pas là quoi.

_ Le plus important c’est de travailler en amont ?
Didier : C’est pas de travailler en amont, c’est de faire des chansons. Si on est là, si on écoute tous du rock, c’est parce qu’on a écouté des disques et des chansons un jour. Le plus important c’est de faire des chansons, après t’es sur scène, c’est facile, enfin c’est pas pareil c’est important, mais il faut qu’il y ait des chansons, c’est le plus important de tout.

_ Et toi du coup niveau scène, t’es plus petites salles comme Chez Paulette ou le Stade de France, dans lequel vous avez quand même joué une fois ?
Didier : Le Stade on l’a fait une fois, ça va. C’était bien rigolo de faire le Stade de France ça c’est sûr, j’en ai profité à fond, j’ai tout fait ! Mais ici c’est super comme taille de salle, c’est l’idéal ça vraiment, c’est même grand d’ailleurs.

_ Demain (c’était le 23 avril dernier) vous jouez Chez Narcisse, même impression sur la salle?
Didier : C’est parfait, c’est la taille parfaite, cinq cents personnes. Après plus, ben tu fais des festivals y’a trente mille personnes, c’est pfff… Je me rappelle qu’à l’époque, quand la Mano a commencé à exploser, Manu Chao disait ouais faut jouer pour la dernière personne qui est au dernier rang du truc. Au début, je me disais ouais il a raison, mais finalement c’est pas vrai ! Faut jouer pour les dix qui pogotent devant, même si t’es au Stade de France ou aux Vieilles Charrues, faut jouer comme dans un club, faut jouer pour les dix devant, c’est pas vrai ce qu’il raconte. Sinon tu fais un show… Tu vois j’étais allé voir Green Day y’a trois ans, c’est naze quoi Bercy ! L’autre il fait chanter, il fait pas un morceau en entier sans faire « Ohohoh »… Si tu joues pour un stade, pour Bercy ou pour des trucs comme ça, tu fais pas le même show et c’est naze, faut faire un show comme dans un club, c’est le contraire.

_ Alors est-ce qu’il y a un endroit où tu rêverais de jouer ?
Didier : Partout, partout où j’ai pas joué ! Je voudrais faire Le Palace, j’ai tellement vu de concerts au Palace quand j’étais jeune que j’aimerais bien jouer là-bas !

_ Et sinon, au début des Wampas, t’as été influencé par quoi ? Est-ce qu’il y a des groupes qui t’ont marqué ?
Didier : Y’a plein de groupes qui m’ont marqué mais quand on a commencé c’était vraiment le début des Meteors et tout ça, vraiment, les Ramones aussi. Et après quand on a formé le groupe, c’était plus les Cramps.

_ Et aujourd’hui t’écoutes quoi ?
Didier : De tout, vraiment de tout. J’écoute pas vraiment de vieux trucs, je suis pas le genre à écouter que des vieux disques, j’essaye de lire tous les bouquins de musique, j’écoute tout ce qui sort, j’essaye de temps en temps de trouver des trucs bien.

_ T’écoutes la radio ?
Didier : Non , pas du tout, j’écoute pas la radio, qu’est-ce tu veux que j’écoute comme radio ? On a la chance aujourd’hui de pouvoir faire soi-même et écouter ce qu’on veut avec Internet. En même temps je pourrais peut-être découvrir des trucs à la radio mais je vois pas sur quelle radio…

_ Chez Like a Melody, on est spécialisés dans la scène émergente comme je te l’ai dit, et ça vous arrive de tourner avec de jeunes groupes, est-ce qu’il y en a des fois où tu te dis « ah c’est pas mal ce qu’ils font » ?
Didier : Oui, y’en a de temps en temps, heureusement. Qui sont pas trop professionnels… Souvent dans les groupes de vieux, je dis ça mais nous aussi on est vieux… Je préfère avoir des mômes qui jouent en première partie. Ce que j’aime bien c’est d’avoir des mômes tu vois ils ont vingt-cinq ans, c’est quand même le mieux. Souvent ces mômes-là par contre le défaut c’est qu’ils jouent trop bien, ils sont trop professionnels et tout, ça perd de la fraîcheur quoi voilà… c’est dommage.

_ Et toi, tu vas voir des concerts ?
Didier : Ouais ouais, je vais dans des bars un peu partout. Plus ça va, plus je préfère aller dans les bars, les grosses salles je supporte pu quoi. J’avais eu une place pour aller voir Dylan, j’avais jamais vu Dylan, je suis allé au Zénith je suis parti au bout d’une demi-heure, je pouvais plus c’était horrible. Le Zénith c’est pas possible, heureusement qu’on est pas assez gros pour faire les Zénith sinon je serais bien emmerdé ! Si demain on me dit tu fais une tournée des Zénith, je serais vraiment emmerdé.

_ Ça marcherait pourtant !
Didier : Oui mais j’aurais pas envie de le faire. Jouer tous les soirs dans la même salle, le même Zénith, ah non…

_ Sinon, vous êtes en train de nous faire encore une belle tournée, Les Wampas ça va continuer après, tu comptes pas t’arrêter ?
Didier : Oh ben oui, pourquoi tu veux que j’arrête ? Pour me reformer vingt ans après comme les Ludwig ? Non merci hein. Je trouve ce concept, bon…

_ Et est-ce que tu as des rêves ? Des collaborations par exemple, même si tu en as déjà fait avec plein d’artistes.
Didier : Non non, franchement non, j’ai pas d’envie de collaboration particulière. Je suis super content d’être là ce soir et de pouvoir jouer. Enfin tu vois, c’est pas démago ce que je dis, enfin je m’en fous, c’est pas que j’ai plus de rêves, mais le rêve c’était de faire un groupe de rock et de faire des concerts, des chansons, mon rêve il est là. Jouer Chez Paulette ce soir c’est déjà un rêve incroyable quoi, à quinze ans on m’aurait dit que je serais là ce soir Chez Paulette tu vois… C’est ça mon rêve quoi, j’en ai pas d’autres, j’ai aucune envie de vendre plus de disques, de jouer dans des grandes salles, je m’en branle complètement. Je suis déjà super content, ça veut pas dire que c’est négatif, ça veut pas dire que c’est fini, au contraire, j’ai encore envie d’écrire des chansons!

_ Qu’est-ce que tu dirais à quelqu’un qui ne vous connaît pas du tout, pour lui donner envie de vous écouter et de vous voir en concert ?
Didier : Ben j’en sais rien, je suis très mauvais pour faire de la promo, je sais pas faire de la promo !

_ Je sais pas, qu’on rigole…
Didier : Ah non on rigole pas, c’est pas ça, on est pas là que pour rigoler. C’est différent de plein de choses en tout cas, on essaye de tout donner tous les soirs et voilà.

_ Vous êtes générateurs de bonne humeur quand même !
Didier : Oui mais pas que de la bonne humeur. Pour moi, j’espère que les gens s’en vont d’ici et que y’a un truc en plus… C’est pas simplement qu’ils ont passé une bonne soirée, j’espère que ça les a aidé un tout petit peu à pouvoir après… J’ai du mal à expliquer ce truc-là mais j’espère que ça apporte un petit truc aux gens, si je fais ça c’est parce que j’espère que ça apporte quelque chose. J’essaye d’apporter un peu de poésie, un peu de truc en plus pour que les gens ils aient quelque chose en repartant, en tout cas un petit peu chez eux, que ça les aide aussi un peu pour la suite tu vois… Pas simplement qu’ils soient contents et qu’après fini. Parce que sinon tu vas en boîte de nuit, justement j’espère que c’est pas comme aller en boîte de nuit où après tu rentres chez toi et t’as rien de plus, si tu vois ce que je veux dire.

_ Y’a un truc qu’on aime bien savoir : est-ce qu’il y a des morceaux inavouables que t’écoutes ?
Didier : Oh non j’avoue tout ! J’écoute pas mal de vieux trucs comme Mike Brant, plein de choses comme ça.

_ Intervention de Julien, mon compagnon : Est-ce que tu connais des gens comme Jul ?
Didier : Ah non, ben non. J’ai de la chance j’ai pas de télé, j’écoute pas la radio, je ne connais pas ces trucs-là, je sais même pas ce qu’ils chantent ces gens-là, et je suis assez content ! Tu vois quand j’étais petit on pouvait pas, t’écoutais la radio t’étais obligé, t’avais deux radios et trois télés, aujourd’hui on peut passer à côté quoi.

_ Une anecdote pour finir? Peut-être sur la dernière fois où tu as joué ici ?
Didier : C’est ce soir j’espère qu’il se passera un truc ! Tu vois c’est pour ça que je monte sur scène tous les soirs, j’espère que ça va être le meilleur concert que j’ai jamais fait ! Les meilleurs concerts rock’n’roll de tous les temps tous les soirs, sinon c’est pas la peine !

_ Il se passe toujours un truc pendant vos concerts, et y’a des moments scéniques récurrents chez toi…
Didier : Justement y’a rien de trop préparé, y’a la chaise parce que les gens aiment bien. Des fois je me dis je vais pas la faire mais bon les gens vont être contents pi moi aussi, ça me fait marrer de monter sur ma chaise je le fais pi voilà c’est pas grave !

Merci pour ton temps Didier et pour ce moment agréable!

Pour voir les dates de la tournée c’est ici ! Tu peux également retrouver la chronique d’ « Evangelisti » par là, ainsi que des impressions live par ici sur Like a Melody !

Pour retrouver Les Wampas :
Website : http://www.wampas.com/
Facebook : https://www.facebook.com/LesWampasVousAiment/
Twitter : https://twitter.com/Les_Wampas
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UC8bOSytad_F8GG56wcJoTXA
Deezer : http://www.deezer.com/artist/3252

 Et une idée live avec ‘Les Bottes Rouges’ :

Les commentaires sont fermés