Like a Melody | Chronique : Catchlight – Amaryllis


L’humanité est au bord de l’extinction. La longue nuit a plongé le monde dans les ténèbres et le froid. Quel futur nous est réservé ? Y a-t-il encore un espoir ? C’est ce que nous propose de découvrir le groupe mi-lyonnais mi-grenoblois Catchlight avec son premier album : « Amaryllis ». « Amaryllis » est un concept-album de metal progressif sorti en 2016, né de l’imagination de Sébastien Arnaud (chant, guitare), très vite rejoint par Michael Holzinger (batterie), puis Romain Guiramand (clavier), Arnaud Michelet (guitare) et Alexandre Bouteiller (basse).

Le voyage commence par ‘Prenatal’, introduction calme et apaisante, laissant rapidement place à une musique plus agressive avec ‘Eclosion’. Les rythmes sont lents, les guitares sont saturées, le chant est passionné, et l’ensemble se situe quelque part entre prog, doom et stoner. Cette tendance se confirme sur ‘Long Night’, alternant couplets calmes et refrains emportés, avec une composante stoner beaucoup plus présente. ‘The Awakening’, plus légère, introduit quant à elle quelques éléments de musique électronique.

Changement brutal de décor avec ‘Criminals’ : les sonorités industrielles proches d’un Rob Zombie, le mixage froid et le fond sonore omniprésent semblent nous précipiter dans la moiteur étouffante des bas-fonds d’une cité futuriste. L’explosion arrive à la deuxième partie du morceau : les riffs ravageurs entrent en scène, le chanteur lâche un « Criminaaals ! » d’outre-tombe, puis on a droit à un solo de guitare sur fond de blast-beat de fort bonne facture !

‘Chrysalide’ revient sur une atmosphère beaucoup plus calme, aux motifs rythmiques entêtants et obsédants, assez proche du début de l’album. Puis avec ‘Amaryllis’ Fall Pt.1 : E.O.S’ on laisse de côté la composante stoner pour faire la part belle à une guitare lead cristalline. On peut regretter la courte durée de ce morceau, au potentiel largement sous exploité. Ce regret est d’autant plus fort que le titre suivant, ‘Amaryllis’ Fall, Pt. 2 : Imago’, n’a finalement pas beaucoup plus à offrir malgré ses huit minutes.

En conclusion, Catchlight nous emmène ici dans une épopée futuriste et dystopique aux accents très Toolesques, maitrisant à la perfection l’art de la mise en place d’atmosphères. Seul bémol pour cet opus : si les ambiances sont au rendez-vous, les mélodies peuvent sembler répétitives par moments. Ainsi, avec ce premier album Catchlight est bien parti pour se hisser aux rangs de grands noms du metal progressif français, comme Klone par exemple. C’est en tout cas ce qu’on leur souhaite !

Ma sélection :
‘Prenatal’ + ‘Eclosion’
‘Criminals’
‘Amaryllis’ Fall Pt.1 : E.O.S’

Pour retrouver Catchlight :
Website : http://www.catchlight.fr
Facebook : https://www.facebook.com/catchlightmusic
Soundcloud : https://soundcloud.com/catchlightband
Bandcamp : https://catchlightband.bandcamp.com
Deezer : http://www.deezer.com/artist/9833854

Les commentaires sont fermés