Like a Melody | Spotlight : Frank Carter and the Rattlesnakes

Sortons un peu de l’Hexagone, direction l’Angleterre avec Frank Carter & The Rattlesnakes. Ce nom vous dit quelque chose ? Il faut dire que les bonhommes ont un passif dans le milieu : le chanteur Frank est un ancien du groupe Gallows et Pure Love. Des formations punk et rock alternatif, qui se ressentent sur l’écriture des albums du groupe qui nous intéresse aujourd’hui.

Un peu d’histoire tout d’abord ! Composé de Frank Carter donc, mais aussi Dean Richardson, ‘Tank’Barclay et Gareth Grover, ils foulent les scènes depuis 2015. En août de la même année, c’est la sortie d’un premier album ‘’Blossoms’’résolument dans la lignée des Gallows avec une évolution significative, et un punk old school plus marquée. L’identité musicale est là, tout en gardant des ballades comme ‘Beautiful death’ ou bien le magnifique et prenant blues de ‘I hate you’. Une énergie débordante se dégage de cette galette ainsi que de la suivante, sortie début d’année 2017 et qui s’intitule ‘’Modern Ruin’’. Question barrières, les types les font voler : on retrouve évidemment sur certains morceaux le côté punk avec ’God is my friend’, mais Frank Carter nous distille cette fois une palette musicale encore plus diverse. Des morceaux plus « indie » à la Alex Turner, plus accessible aussi du grand public comme on peut le constater sur ‘Snake Eyes’, ou encore le populaire et somptueux ‘Wildflowers’ qui passera crème dans vos oreilles.

Mais Frank Carter and The Rattlesnakes, c’est avant tout une expérience à voir en live. On n’écoute pas Frank Carter and The Rattlesnakes, on le vit. Le frontman a vécu beaucoup de concerts, et il sait que son projet ira loin si il est passionné et le fait partager à la fosse. Que ce soit en venant directement dans la foule, qui le porte à bras le corps, ou bien en allant d’un côté de la scène à l’autre, communiquant avec le public, on sent que le rouquin veut partager sa rage de vivre et son énergie ! C’est une claque à prendre, et pour te motiver (ou pas ?) : si tu viens pour la deuxième partie de concert, tu risqueras de ne retenir que la première. Les anglais ont une telle patate sur les planches que tu ne peux que demander à ne pas voir la fin.


Frank Carter and The Rattlesnakes, c’est une balle de baseball qui finit en homerun, indéfiniment.
God saves Frank Carter and the Rattlesnakes !

Pour découvrir Frank Carter and the Rattlesnakes :
Website :
http://www.andtherattlesnakes.com/
Facebook : https://www.facebook.com/frankcarterandtherattlesnakes/?fref=ts
Twitter :
https://twitter.com/therattlesnakes
Instagram :
https://www.instagram.com/andtherattlesnakes/
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UC2BuAMKnSyXKNJ86IDqVd0A

Les commentaires sont fermés