Like a Melody | Interview : Wakrat : « Si tu veux voir le monde changer, alors sois ce changement ! Pour nous, cela commence avec notre musique. »


Wakrat
est la toute nouvelle formation qui comprend Tim Commerfold de Rage Against The Machine, et dont le premier album est sorti en fin d’année dernière. De nombreuses dates sont à venir en Europe pour le mois de juin, dont un passage au Download Festival français. Mathias et Laurent ont répondu à nos questions.

_Wakrat est une toute nouvelle formation. Comment ce projet est-il né et comment avez-vous rencontré Tim ?

Laurent : Matt et moi on se connait depuis plus de  dix ans maintenant. On a travaillé et enregistré la guitare et la batterie dans notre studio pendant environs six mois. Matt et Tim se sont rencontrés grâce à un ami commun. Zach de la Rocha et Tim sont devenus potes de VTT. Environ un mois plus tard, Tim a entendu ce qu’on avait enregistré, il s’y est intéressé d’un peu plus près, et a décidé de posé sa basse dessus. C’est comme ça que le groupe s’est formé.

_D’où vient le nom du groupe ?

Laurent : Le nom du groupe vient en quelque sorte d’une blague récurrente entre Matt et Tim. Il se moquait du nom de famille de Matt. Quand il a fallu choisir un nom pour le groupe c’est Tim qui a eu l’idée de l’appelé Wakrat. J’ai bien aimé le fait qu’on ai laissé Matt prendre la décision. Ça sonnait vraiment différemment de tout ce qu’on peut entendre aujourd’hui, ce qui colle plutôt bien avec ce qu’on fait.

_Parlons un peu de Tim. N’est-ce pas trop difficile pour lui de tourner avec Wakrat alors qu’il est également actif en ce moment au sein d’une deuxième nouvelle formation Prophets Of Rage (qui regroupe Chuck D de Public Enemy, B-Real de Cypress Hill et les trois musiciens de Rage Against The Machine)?

Laurent : On l’a vu à l’œuvre tout l’été pendant la tournée Make America Rage Again. Pour lui ce sont deux bêtes différentes. Wakrat pour lui, c’est plus comme un voyage spirituel. C’est le frontman, il nous guide dans la bataille… Donc il y a cet aspect là en plus de ses simples aptitudes/capacités à jouer d’un instrument. Avec Prothets, c’est une expérience plus physique. Il est doué pour les deux.

_Comment s’est déroulée cette expérience aux côté de Tim ?

Laurent : Tim fait partie des mecs sympas de l’industrie musicale en plus d’être un putain de bon musicien, donc collaborer dans ces conditions ça a été plutôt génial. Il aime aussi les challenges… Donc dans Wakrat, il excelle aussi bien soniquement/acoustiquement que techniquement. La musique est déjà difficile à jouer à cause de son timing bizarre qui le caractérise alors en plus essayer de chanter par dessus en même temps, ce qu’il a réussi à faire, est vraiment impressionnant.  Ça a été vraiment génial de pouvoir faire cet album ensemble. On a l’impression d’avoir appris les uns des autres, et d’avoir grandi, en tant que musiciens mais aussi en tant qu’humains

_Que faisiez-vous avant ?

Laurent : Avant l’aventure Wakrat, Mathias et moi-même étions  dans des projets musicaux différents. J’effectuais beaucoup d’enregistrements maison aussi, mais nous avons rapidement senti le manque du plaisir de jouer en live.

_Wakrat a des textes ultra politisés, quels messages voulez-vous transmettre et que revendiquez-vous ?

Laurent : Certaines chansons ont des paroles qui tournent autour de la politique, mais d’autres sont orientées sur les problèmes de la société. D’un sens, il est difficile de dissocier l’un de l’autre. Nous sommes comme la plupart des gens, qui s’inquiètent et s’interrogent sur le monde et la société dans laquelle on vit. Nous trois avant des opinions différentes sur des sujets divers, mais nous essayons de garder l’esprit ouvert. Si tu veux voir le monde changer, alors soit ce changement ! Et pour nous, cela commence avec notre musique. Nous sommes vraiment fiers de cet album. Nous sentons qu’il sonne comme rien d’autre. Un changement dans une autre direction musicale.

_Vous vous êtes récemment fait remarquer suite au vote du Brexit en Angleterre, et avez créé la République de Wakrat suite à une faille du système politique. Pouvez-vous rapidement expliquer à nos lecteurs votre action et les retombées ? 

Laurent : Sérieusement nous étions au courant que nous y participions, derrières les agissements de Tim bien entendu. Lorsque qu’il a une chance de trouver une entorse au système, vous pouvez compter sur lui. Je dois avouer que j’aime bien ce genre de truc également. Nous nous sommes promenés à travers Londres dans ces bus à impériale avec une grande banderole sur laquelle y était inscrit «Generation Fucked» et en criant la sortie de notre album avec des mégaphones. Nous avons alors commencé à protester au Parliament Square et avons essayé d’attirer des personnes autour jusqu’à ce que la police nous demande de quitter les lieux. Si vous êtes intéressés, vous pouvez toujours visiter notre page republicofwakrat.com.

_Les élections américaines sont tombées. Est-il prévu de multiplier vos concerts afin de faire passer le message et de mobiliser la population ?

Laurent : Tout le monde était abasourdi suite aux résultats des élections américains mais il est difficile d’expliquer ce qu’il en est à tout le monde pour le moment. Un bon nombre de personnes est furieux suite à ces résultats. Notre prochain concert sera mi-mars à Mexico. Ce pays, comme la plupart des endroits sur terre, possède également un bon nombre de problèmes qui tournent autour de la corruption, de la violence et des abus du pouvoir. Nous allons essayer de jouer quoi qu’il en soit ici également.

_Outre les messages à caractère politique américain, vous dénoncez dans vos textes des sujets en rapport avec la mondialisation et des problèmes de société. Est-il donc possible de vous voir en tournée européenne ? Des dates de prévues ?

Mathias : Nous allons jouer dans un bon nombre de festivals européens au mois de juin.

_Que diriez-vous à nos lecteurs qui ne vous connaissent pas pour qu’ils vous découvrent ?

Mathias : Je voudrais leur dire que s’ils sont fans de musiques énergiques ils devraient venir nous écouter.

_Avez-vous déjà une bonne expérience live à nous raconter ?

Mathias : Une fois, un spectateur à quitté la salle pour probablement boire un coup ou quelque chose d’autre et Tim l’a rappelé  et lui a dit que ça devait être une putain de bonne bière pour nous avoir quitté, je me souviens, c’était très drôle.

_Quels sont les projets du groupe ? 

Mathias : Nous aimerions continuer à jouer, à écrire plus de musique, nous espérons travailler sur un nouvel album très prochainement.

_Quelle est votre playlist du moment ?

Miles Davis – ‘Fat Time’
The Prodigy – ‘Rock-weiler’
One day as a lion – ‘Last Letter’
David Bowie – ‘Blackstar’.
Voici notre playlist de ce mois.

_Si vous deviez vous produire en France, un endroit particulier où vous aimeriez jouer?

Mathias : Le Bataclan.

_Pour clore cette interview, un dernier mot ?

Mathias : J’espère que vous allez adorer l’album, j’espère tous vous voir en juin. Nous sommes très contents de venir jouer en France et à travers l’Europe.

Pour retrouver Wakrat :
Website : http://wakratband.com/ // www.republicofwakrat.com/
Facebook : https://www.facebook.com/Wakrat/
Twitter : https://twitter.com/wakrat
Instagram : https://www.instagram.com/wakrat
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCX1joYn7oT10nbhC7IGk-2g

 

Les commentaires sont fermés