Like a Melody | Vintage : Otis Redding – (Sittin’ on) The Dock of the Bay

Cette très célèbre chanson soul a été écrite et chantée par Otis Redding et publiée en janvier 1968. C’est la plus connue de sa carrière et c’est également malheureusement la dernière qu’il aura enregistrée.

Otis Redding et Steve Cropper, son producteur, écrivent la musique et les paroles mélancoliques. Ils travaillent ensemble et complètent les paroles, discutent des arrangements. Elle est enregistrée le 22 novembre 1967 et des sons de vagues sont ajoutés début décembre. A cette époque, Otis Redding est déjà un artiste à succès avec ses chansons soul et blues, notamment depuis 1965 avec son album « Otis Blue ». Cet album fait d’ailleurs partie des « 1001 albums qu’il faut avoir écoutés dans sa vie » et des « 500 plus grands albums de tous les temps » selon le magazine Rolling Stone.

Le résultat de ce titre est assez différent de tout ce qu’Otis a publié jusque-là, mais cela lui plaît énormément. Il envisageait de changer de style, de se tourner vers la musique pop. Mais malheureusement, Otis est mort dans un accident d’avion le 10 décembre 1967, soit un mois avant que la chanson ne sorte. Il était dans son avion personnel avec ses musiciens. Celui-ci s’est écrasé dans le lac Monona (Wisconsin) alors qu’ils se rendaient dans la ville de Madison (Wisconsin) pour un concert. Le trompettiste Ben Cauley fut le seul survivant du crash.

Quand Otis a enregistré ‘(Sittin’ on) The Dock of the Bay’, Cropper et lui n’avaient pas encore écrit le dernier couplet, donc en attendant, il a décidé de siffloter. Il avait prévu de terminer l’écriture des paroles après son concert à Madison. Steve Cropper a dû mixer la chanson seul pour la sortie. Il a déclaré que c’était la chose la plus difficile qu’il ait eu à faire. Il a donc laissé ce sifflement qui est devenu mondialement connu.

Ce titre est de loin le plus grand succès d’Otis Redding. Il se hissa à la première place des charts américains et ce fut la première fois qu’un titre posthume eu cette place. Il remporte deux Grammy Awards : « Best R&B Song » (meilleure chanson Rhythm and Blues) et « Best Male R&B Vocal Performance » (meilleur chanteur R&B) en 1968.

Dans une interview en 1990, Steve Cropper parle de l’origine de la chanson :

« Otis était ce genre de gars qui avait 100 idées à la fois. Chaque fois qu’il venait enregistrer, il proposait toujours 10 ou 15 intros différentes, ou titres … Il avait joué au Fillmore à San Francisco et il dormait sur un bateau. C’est là qu’il a eu cette idée du « bateau qui arrive ». C’est à peu près tout ce qu’il avait, «I watch the ships come in and I watch them roll away again». Je me suis servi de ça et j’ai terminé les paroles. Si vous écoutez les chansons que j’ai écrites avec Otis, la plupart des textes parlent de lui. Il n’avait pas l’habitude d’écrire à son sujet, mais moi, je le faisais. »

Les commentaires sont fermés