Chronique : Strugg – Flood

Strugg - Flood
Aujourd’hui c’est avec un enthousiasme non dissimulé que je vous parle d’indus avec Strugg, duo originaire de Bourges, formé de Vincent (chant, prog, machines) et Manu (guitares, moog). Alors évidemment, dans leurs influences on retrouve des pointures comme Nine Inch Nails, Marilyn Manson, The Prodigy, Depeche Mode, David Bowie ou encore Justice, et perso rien que de savoir ça j’ai déjà les oreilles en ébullition ! Et pas de fausse pub avec Strugg, on retrouve bel et bien la voix saturée, de l’electro à gogo, une rythmique persistante, des hurlements bien dosés, du larsen et une rage percutante, eux-mêmes se décrivant comme « trafiqueur de sons et dealers de rock-indus ».

Après un premier album sorti en 2013 intitulé « Kamikaz » et un EP de quatre titres, « Disorders in Progress » en 2015, les deux garçons de Strugg nous proposent un rock-indus de belle qualité avec leur album « Flood », composé de neuf morceaux et sorti cette année, que j’ai eu le plaisir de découvrir.

Je me lance dans l’écoute de « Flood » dans une excitation joyeuse d’entendre de l’indus, et le premier titre ‘Pull Me Out’ ne me déçoit en rien ! Une intro electro qui tape, une rythmique bien sonnée, des effets lancinants, voix et guitare saturées et à effets multiples, une utilisation des machines à bon escient : on est en plein dedans, le plaisir est là ! ‘3stories’, avec son intro plus lente, me remplit de ses effets qui prennent aux tripes avec en bonus un travail sur la voix qui accentue cet aspect prenant. Je redescend d’un petit cran sur le morceau suivant ‘A Red Dog On A Chair’, qui pour ma part est le moins bon de l’album, le rythme trop saccadé ne m’emporte pas, malgré le passage plus doux vers la fin qui fonctionne bien. ‘Follow The Prey’, est plus dark avec son intro lancinante et sa voix plus agressive, ça fonctionne à fond, en tout cas sur moi, fan au moins autant qu’eux de leurs influences diverses. Du coup, le titre qui suit, ‘Dead Smile’ est new wave et laconique à souhait, tout en gardant un rythme efficace. Pour ‘Dust&More’ et ‘Losing My Nerve’, richesse et intensité sont à l’œuvre, on trouve un beau travail sur la guitare, des braillements juste comme on aime, bref deux morceaux dans la même veine de réussite. ‘Blurred Vision’ finit de m’emporter et pour conclure « Flood », ‘A Useless Part Of My Day’ nous rappelle à quel point electro et rock font un beau mélange.

En conclusion, je n’ai pas aimé cet album, je l’ai adoré ! Tous les effets lancinants, laconiques et brutaux de la machinerie electro et des guitares, cette sensation de transe qui prend aux tripes, cette sensualité sous-jacente, bref tous les ingrédients de l’indus qui s’assume, tout cela ajouté à des textes à tendance schizophrénique et une régularité dans la longueur des morceaux qui accentue la sensation de langueur enragée, font de « Flood » et de Strugg une révélation pour ma part. Si tu es fan d’indus comme moi et que toi aussi tu trouves que ça manque dans notre paysage musical, je ne peux que te conseiller cet album, sorti le 21 octobre dernier et disponible ici. Juste un regret : à quand une tournée pour pouvoir profiter en live de ces frissons de plaisir ?

Ma sélection :
‘Pull Me Out’
‘Follow The Prey’
‘Dust&More’

Pour retrouver Strugg :
Website : http://strugg.com/#
Facebook : https://www.facebook.com/strugg.indus.grunge/
Twitter : https://twitter.com/Strugg_music
Bandcamp : https://strugg.bandcamp.com/album/flood
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCUYBVIiLUsHyEoEjtJBiykg

Et un extrait live de « Flood » avec ‘3stories’ :

Les commentaires sont fermés