Vintage : Red Hot Chili Peppers – Otherside

Cette semaine a marqué le grand retour des Red Hot Chili Peppers avec la sortie de leur onzième album intitulé “The Gateway”. C’est pourquoi nous consacrons le Vintage de ce dimanche à l’un de leurs anciens titres : ‘Otherside’. Cette chanson est sortie en 2000 en tant que troisième single extrait de l’album « Californication ».

Ce titre a pour thème général le combat que mènent les personnes sous l’emprise de drogues pour s’en délivrer. Mais plus particulièrement, il fait référence à Hillel Slovak, grand ami d’Anthony Kiedis (chanteur) et de Flea (bassiste) avec qui il fonde les Red Hot Chili Peppers en 1983. Hillel Slovak fut le premier guitariste du groupe et avait développé une addiction sévère à l’héroïne. Après avoir tenté, durant plusieurs années, de cesser sa consommation de drogues, il succombe finalement à une overdose en juin 1988. C’est très certainement de lui dont parle Anthony Kiedis au début de la chanson quand il évoque un ami qu’il entend en regardant une photo (« I heard your voice through a photograph »)

Le mot « otherside » (« l’autre côté ») fait habituellement référence à l’au-delà mais il peut aussi se comprendre comme un nouveau mode de vie après une longue période de toxicomanie. D’anciens toxicomanes qui sont passés par une cure de désintoxication emploient ce terme en anglais.

Ce thème est également repris dans le clip à travers différentes séquences : on peut y voir un homme qui affronte un dragon, le vainc et a tout un enchevêtrement d’échelles à gravir, ou ce même homme qui se bat contre sa propre ombre. Ce personnage se réveille au début dans une certaine position et se retrouve dans la même à la fin, ce qui illustre le caractère cyclique et continu de se défaire de l’emprise des drogues.

Le clip est tourné en noir et blanc, dans un style très influencé par l’Expressionisme allemand et le Cubisme. Les représentations expressionnistes sont souvent fondées sur des visions angoissantes, déformant et stylisant la réalité pour atteindre la plus grande intensité expressive. Celles-ci sont le reflet de la vision pessimiste que les expressionnistes ont de leur époque, hantée par la menace de la Première Guerre Mondiale. Ce mouvement fut condamné par le régime nazi qui le considérait comme un « art dégénéré ». Les membres du groupe apparaissent dans des lieux insolites et avec des instruments étranges : Anthony Kiedis avec des cheveux blond platine dans la tour d’un château, John Frusciante joue avec une corde comme s’il s’agissait d’une guitare, Flea est suspendu à des fils de téléphone et joue avec eux comme si c’était une basse, Chad Smith se trouve au sommet d’une tour médiévale qui lui sert de batterie.

Cette chanson a rencontré un grand succès et est presque constamment jouée en concert depuis les années 2000.

Les commentaires sont fermés