Rencontre avec Jaran de Yuma Sun : La musique ça s’écoute avant tout, donc pour moi c’est important de ne pas juste suivre des règles.

Après un excellent concert du groupe Yuma Sun au Ma Nolan’s de Cannes le 3 Juin dans le cadre du Midem Festival, leur premier en France soit dit en passant, c’est dans la cage d’escaliers du pub que nous avons débuté cette interview. J’ai pu poser quelques questions à Jaran, chanteur de la formation. Un moment très sympathique, qui donne l’occasion d’en apprendre pas mal sur ce groupe génialissime venu de Norvège.

Jaran - Yuma Sun - © Marine Poppins

Jaran – Yuma Sun – © Marine Poppins

_ Salut Jaran, voici quelques questions pour le webzine Like a Melody. Pour commencer, peux tu présenter le groupe ?

Jaran : Yuma Sun, nous sommes un groupe norvégien et nous jouons du Rock mélangé à beaucoup d’autres genres. On est beaucoup inspiré par des groupes comme les Beatles, Nick Cave, la musique country, beaucoup de films. Nous sommes cinq dans le groupe.

_ Comment avez-vous commencé à faire de la musique ensemble ?

Jaran : Le guitariste et moi nous connaissions depuis que nous étions bébés. On vivait ensemble, on a été voisins toute notre vie mais on n’a pas formé de groupe avant vingt deux ans. On a commencé à jouer du Rock ensemble, on aimait les mêmes styles de musique, on s’appréciait, on était de bons amis alors on s’est dit « montons un groupe ». Alors on a monté un groupe qui n’était pas Yuma Sun mais un groupe de Rock pur. Puis j’ai écris une chanson qui sonnait beaucoup plus Country alors on a décidé de faire ce genre de musique tout le temps, de changer le nom du groupe, tout changer et se concentrer sur ce genre là.

_ Comment avez vous choisi votre nom ?

Jaran : C’est notre guitariste qui a trouvé le nom. On cherchait quelque chose qui collait à notre musique et on avait beaucoup de mots. On avait Yuma, c’était cool mais on voulait Yuma avec quelque chose d’autre. Alors on a trouvé beaucoup d’autres mots et on a finalement choisi Yuma Sun. Ça ne veut rien dire de particulier mais c’était important pour nous d’avoir un nom qui sonnait cool.

_ Post Punk, Blues, Dark Country… Comment vous décrivez le son de Yuma Sun ?

Jaran : On le décrit comme le « Dommesdagrock » qui veut dire « le jour du jugement dernier ». On était vraiment inspiré par la fin du Monde, par la Bible et par des tas de films et livres post- apocalyptiques. La plupart de notre musique parle des gens, de comment ils vivent avec la religion. Notre musique sonnait comme tellement de choses qui nous inspiraient que avons dû trouver notre propre façon de la décrire. Donc « Dommesdagrock » collait très bien à tout ça. Avant ça on la décrivait comme du « Rock chrétien de l’enfer ». C’est un mélange de tout ça. De tous nos groupes préférés en un seul.

_ Quels sont donc ces groupes préférés dont tu parles ?

Jaran : Mon groupe préféré à moi c’est les Beatles, je suis un grand fan. On a tous des goûts différents. Notre batteur aime la musique électronique comme Avicii et beaucoup de DJ’s. On aime le Hip Hop, le Punk Rock, le Death Metal, le Black Metal, la musique Pop, le Jazz. Notre guitariste et notre bassiste aiment beaucoup le Jazz. On est inspiré par tellement de choses… Je suis aussi un fan de cinéma, j’aime regarder beaucoup de films.
C’est pour ça que nous avons un son si particulier, parce que chacun de nous a ses propres influences. On ne veut pas sonner comme tel ou tel groupe, on fait ce que nous on trouve cool.

_ Vous venez de sortir votre troisième album, « Watch us Burn », qui est seulement le premier à sortir en France. Tu peux nous dire quelques mots sur cet album ? Une anecdote à partager avec nous ?

Jaran : Ce troisième album est assez différent de nos albums précédents. Mais tu peux entendre que c’est le même groupe, la même musique quand même. On est allé l’enregistrer en Islande, dans un magnifique studio qui appartient à Sigur Rós. On voulait qu’il sonne grand et majestueux parce que ce sont des chansons Pop-Rock. Ce troisième album est un mélange parfait entre nos deux albums précédents et quelque chose de nouveau. Il sonne comme si nous avions joué deux cent shows, ce que nous avons fait, comme si on avait beaucoup été ensemble, comme si on se connaissait tous très bien. Il y a des morceaux assez différents, des morceaux Punk, des morceaux Rock, des morceaux Pop, des ballades. Tout va très bien ensemble, et il y en a pour tous les goûts.

_ Quelle a été la réponse de votre public à ce nouvel album ?

Jaran : Très bon ! En fait je déteste lire des chroniques, c’est quelque chose que je trouve terrifiant. Je passe tellement de temps à écrire de la musique, à bosser dessus avec le groupe, et les chroniques représentent beaucoup pour moi car ce sont des gens qui connaissent beaucoup de choses sur la musique qui les écrivent. Moi je n’y connais rien à la musique, je ne connais rien à la théorie, j’aime juste écrire des morceaux.
Donc quand on a commencé à avoir des retours, j’étais hyper nerveux. Et puis la première chronique n’était pas très bonne. La deuxième était bof aussi. On s’est dit « on va mourir ». Puis d’un coup on a eu beaucoup de très bonnes critiques. Bien sûr que l’on veut que les gens aiment notre musique mais il n’y a aucune garantie qu’ils vont aimer.
Dans d’autres pays aussi, en UK les gens ont beaucoup aimé aussi. Avant on ne jouait qu’en Norvège. Mais maintenant on joue un peu ailleurs en Europe et c’est vraiment cool !

_ Il paraît que c’était votre première fois en France, tes impressions ?

Jaran : On a adoré. C’est joli, je n’avais jamais été en France avant. On commence tout juste à jouer en Europe. Notre éditrice vient au Midem Festival depuis vingt cinq ans et elle nous disait « vous devez jouer là bas » et là elle a réussi à nous y faire programmer !
On aimerait jouer à Paris aussi, on ira un jour. On a eu beaucoup de bonnes critiques de l’album en France donc on pense que c’est un pays où ça peut le faire pour nous. On est contents de voir que l’accueil a été chaleureux ici ce soir. On ne joue qu’un seul concert ici mais on reste six jours, c’est un « boy-trip », on va à la plage, on boit des bières, on mange des glaces… On adore ça. On passe un super moment ici.

_ Je ne suis sans doute pas la première à vous le dire mais votre énergie m’a faite penser aux Hives.

Jaran : On est des grands fans des Hives, on les adore, c’est un super groupe en live. Je pense qu’on leur a sans doute emprunté quelques trucs en concerts. Il y a beaucoup de super groupes lives et beaucoup font des choses similaires et je pense qu’il est important de trouver quelque chose qui te rend différent. Tu peux faire des trucs similaires, du moment que tu as ta propre identité.

_ Tu peux nous parler du processus de création chez Yuma Sun ? Comment écrivez vous des morceaux ?

Jaran : J’ai un petit studio d’enregistrement chez moi, dans mon placard. C’est le seul endroit où je peux l’avoir car j’ai un petit appartement. D’habitude j’écris sur ma guitare acoustique et j’enregistre des idées avec mon téléphone et si je trouve quelque chose de cool je vais dans mon studio et je commence à enregistrer des parties et à les mettre ensemble. Des fois j’écris des morceaux entiers sur ma guitare acoustique, des fois plutôt sur un piano ou autre. Cela dépend beaucoup mais cela commence toujours avec une réplique, une phrase que j’ai entendu dans un film, ou lu dans un livre, que je trouve cool, ou avec une mélodie. Tu sais je ne connais rien à la théorie, rien à la musique, pas la moindre chose. Les autres gars dans le groupe en savent beaucoup plus que moi. Du coup je dois tout chercher. Je sais comment je veux que ça sonne mais je ne sais pas comment faire, alors je vais essayer des tas de choses pour y arriver. Et en faisant ça, je peux trouver autre chose. J’ai une bonne oreille et la musique ça s’écoute avant tout donc pour moi c’est important de ne pas juste suivre des règles. Beaucoup de nos morceaux ne sont pas bons niveau théorie.

_ Êtes-vous plutôt studio ou scène ?

Jaran : Scène ! À 100% scène. En studio on joue en live mais je pense qu’écouter un album est complètement différent que de voir un groupe en live. Quand on enregistre un album on peut faire des tas de choses en plus comme rajouter du piano ou deux cent violons mais on ne pourrait pas faire ces choses en live. On adore être en studio mais on aime encore plus jouer sur scène.

_ Si tu pouvais enregistrer un morceau avec les musiciens de tes rêves, qui choisirais-tu ?

Jaran : J’adorerais jouer avec Ringo Starr comme batteur. Je serais le guitariste, pas le chanteur, juste le guitariste, essayant d’avoir l’air cool. Je voudrais avoir Nina Simone comme chanteuse. Je cherche un bassiste cool… Ce serait un petit groupe, juste une guitare, un bassiste, Ringo Starr à la batterie, Nina Simone et on jouerait du Dark Rock . Le bassiste serait mon bassiste, Simon. Il est bon.

_ Qu’est-ce que tu dirais à quelqu’un qui ne connaît pas encore votre musique pour le convaincre d’écouter où de venir vous voir sur scène ?

Jaran : Je dirai que c’est Nick Cave sous amphétamines qui rencontre Franz Ferdinand. C’est notre éditrice qui nous a décrit comme ça et c’est une bonne description.

_ Quels sont vos projets maintenant que l’album est sorti ?

Jaran : On va tourner beaucoup jusqu’à l’année prochaine. On va pas mal jouer en Europe. On voudrait aller aux USA, au Japon. On adore tourner et c’est ce qu’il faut faire maintenant car plus personne n’achète d’albums maintenant. Alors on doit jouer en live. On aime beaucoup voyager.

_ Et revenir en France ?

Jaran : On va revenir en France ! Cette année j’espère.

_ Et pour finir, si tu avais une question à te poser, qu’est-ce que ce serait ?

Jaran : Veux-tu jouer dans un groupe avec moi ? Si je pouvais jouer avec moi même, j’adorerais ça !

_ Merci beaucoup Jaran, à bientôt !

Pour retrouver Yuma Sun :
Website : http://www.yumasunband.com/
Facebook :
https://www.facebook.com/Yumasunband/
Instagram :
https://www.instagram.com/yumasunband/
Deezer :
https://www.instagram.com/yumasunband/

Le Live Report du concert est à retrouver par ici, l’album sera très bientôt en chronique sur Like a Melody, et comme on aime vous faire plaisir, on va même faire gagner un CD grâce à Ellie Promotion !

Les commentaires sont fermés