Into the Crowd : Pauline, fan d’Indochine

Pour la rubrique Into the Crowd de  juin, c’est moi, Pauline, récente recrue du webzine, qui vous parle d’un groupe français que l’on connait tous : Indochine !

_ Pour commencer, peux-tu nous présenter le groupe dont tu es fan ?

Alors Indochine est un groupe français crée en 1981. Au cours de ces trente et quelques années d’existence, le groupe a sorti douze albums studio, une dizaine d’albums live, des compilations aussi, et a à son actif des centaines de dates à travers la France mais aussi le monde. Il y a eu également plusieurs changements de line-up durant toutes ces années, notamment après la perte de Stefan (le frère jumeau de Nicola, compositeur et guitariste, décédé en 1999). Aujourd’hui, Indochine c’est : Nicola Sirkis (chant, guitare), Olivier Gérard (dit Oli de Sat, guitare), Boris Jardel (guitare), Marc Eliard (basse) et Ludwig Dahlberg (batterie).

_Comment a commencé ton histoire avec ce groupe ?

Naturellement je pense, en entendant leurs titres à la radio et certainement un peu grâce à mes frères et sœurs qui écoutaient dans les années 80. Par la suite, surtout à l’adolescence, j’ai appris à découvrir leur univers qui m’a touché avec leurs différents albums, jusqu’à leur « renaissance », comme beaucoup de monde, en 2002 avec la sortie de « Paradize ».

_Qu’est-ce qui te touche le plus chez eux ?

Je suis une grande amoureuse des mots et des textes, et avec Indochine je suis gâtée ! Leur musique est à la fois accessible à tous, tout le monde est capable de te citer plusieurs titres de chansons, et pointue par moments. Il y a une grande sensibilité et une sincérité qui se dégage du groupe. Et tu peux facilement retrouver tout ça en live. C’est à la fois une grande fête, ça envoie, ça bouge, c’est rock quoi, et à la fois complètement émouvant. Par ailleurs, pour faire un certain nombre de concerts différents par an, tu ne retrouves pas chez énormément de groupes cette proximité qu’ils ont avec le public. Trop rares sont les chanteurs qui font le tour des gradins pour avoir un contact physique avec les spectateurs !

_Ton album ou morceau préféré ?

Oulà ! Question hyper compliquée ! Évidemment c’est difficile de choisir, surtout vue la longueur du répertoire ! On va dire que l’album « Dancetaria » demeure l’un de mes préférés, surtout la chanson ‘Rose Song’. Après il y a des titres que je préfère en live plutôt qu’en version studio (et vice-versa), comme c’est le cas par exemple pour le surmédiatisé ‘J’ai demandé à la lune’ ! Ce qui est bizarre c’est qu’avec les deux derniers albums, à la première écoute tu te dis « ouais bon… » puis finalement plus t’écoutes plus tu kiffes et en live tu te prends une grosse claque avec les derniers morceaux ! Après, les vieux titres en live c’est toujours un bonheur, comme ‘Miss Paramount’ ou ‘Tes yeux noirs’.

_Combien de fois les as-tu vus en concert ?

Euh…une bonne quarantaine de fois je dirais ! Attention sur plusieurs années quand même ! Mon premier c’était en 2003 pour le Paradize Tour et le prochain c’est cet été. Et c’est pas prêt de s’arrêter j’espère. Parce qu’Indochine en concert, c’est aussi de gros gros moyens techniques, ils font un super boulot niveau scénographie, avec des trucs assez fous, et des fois tu te dis juste « waouh c’est beau ! ».

_Jusqu’où es-tu allée avec eux ?

J’ai parcouru un grand nombre de kilomètres à peu près dans tout le grand quart nord-est de la France, un peu en Belgique. J’ai dormi dehors devant des salles de concert, parfois plusieurs nuits pour avoir une barrière, et ça qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il gèle ou fasse une chaleur à mourir ! L’année dernière j’ai même eu la chance de faire un petit tour d’Europe ! C’était l’année de mes trente ans et un bon prétexte avec les copines pour voyager. On a pu découvrir Berlin, Copenhague, Stockholm, Oslo ou encore Amsterdam et c’était vraiment génial ! Six dates en douze jours de folie (et d’épuisement!).

_Jusqu’où pourrais-tu aller ?

J’ai déjà fait pas mal de kilomètres et vécu beaucoup de choses, donc je pense qu’à l’heure d’aujourd’hui ça va être difficile de faire plus et d’aller plus loin ! A moins de gagner au loto peut-être… !

_Une anecdote que tu as envie de partager avec nous ?

J’en ai beaucoup vu le nombre de concerts ! J’ai eu la chance incroyable de pouvoir les rencontrer, même rapidement, d’avoir des autographes, des photos… C’est déjà énorme ! Ah et j’ai surtout envie de leur dire merci parce que grâce à eux j’ai rencontré des gens exceptionnels, le genre de personnes dont tu n’aurais jamais croisé la route autrement, ces personnes qui deviennent très importantes dans ta vie, principalement mes amies Jess et Aline. Et étant une grande adepte des tatouages, j’ai évidemment deux/trois petites choses gravées dans ma peau en rapport avec Indochine !
Pauline tattoo

_Le meilleur concert ?

Oulà c’est pareil, c’est difficile de choisir ! Je dirais le premier parce que ça a été vraiment une révélation. L’année dernière à Oslo, c’était dans une toute petite salle d’un bar, tu ne les verrais plus jouer dans des endroits comme ça en France aujourd’hui. Et surtout celui qui restera gravé à jamais, c’était le 27 juin 2014 au Stade de France parce que j’ai eu l’énorme privilège de monter sur scène avec Nicola ! C’était un instant inoubliable, surtout parce que mon chéri et mes amies étaient là pour y assister. Et le pire c’est que si tu m’avais dit la veille que ça m’arriverait à moi, je t’aurais répondu que j’avais plus de chances de gagner au loto ou de me casser les deux jambes !

_Qu’est-ce que tu voudrais partager avec eux, en dehors de leur musique ?

Ils passent quand ils veulent à la maison pour boire un verre, j’ai de la place ! Sérieusement, j’aimerais bien un jour être Indoreporter (sur de nombreuses dates, des fans tirés au sort assistent aux balances, rencontrent le groupe et font un live report) ou réussir à gagner un concours pour des événements particuliers ou des concerts privés sur invitations (c’est pas faute d’avoir joué pourtant!). Et puis, le rêve ultime serait de les interviewer ou de shooter un de leurs concerts, ça ça serait vraiment le top du top !

Les commentaires sont fermés