Chronique : Mona Kazu – Arguments with a Bird

Attention originalité en vue avec Mona Kazu ! Subtil mélange de Rock indé, Electro, Coldwave et autres accents Trip Hop ou Folk, le groupe fondé en 2010 par Priscille (chant, clavier, autoharpe) et Franck (guitare, mandoline, programmation) est rejoint en 2012 par Stéphane (basse) puis en 2015 par Philippe (batterie). Ils nous entraînent dans leur univers riche, audacieux et sensible, oscillant entre clarté et nuances plus sombres.
La place accordée à l’esthétisme est également très importante puisque le groupe travaille beaucoup avec des plasticiens tels que Luc Bernad ou Morgane Parvati Ward, dont on retrouve la patte sur la magnifique pochette de l’album.
Après un premier album intitulé « Other Voices in Safety Places » en 2013, une cinquantaine de concerts et plusieurs performances avec des plasticiens, ils nous présentent leur second album « Arguments with a Bird » que j’ai sondé pour vous.

L’album s’ouvre sur l’énigmatique ’23’, titre dans lequel la sonorité des instruments nous fait entrer directement dans leur univers étrange et la voix de Priscille, alternant entre allemand et anglais, nous charme d’emblée. Ajoutez à cela un clip romantico-dark-baroque (excusez du néologisme) à l’esthétique magnifique et me voilà déjà séduite.
Puis vient ‘Hiding’ et son intro sympathique dont l’ambiance se fait plus lourde, plus mystérieuse et plus Rock aussi !
Pour ‘Your voice’, morceau un peu plus tranquille en apparence, on sent le piquant sous les envolées lyriques de la chanteuse dont je commence à apprécier vraiment l’ampleur de sa voix.
Le titre suivant, ‘Secret’, et ses accents dark, nous prouve que le chant peut se montrer carrément envoûtant et percutant par moments, associé à une mélodie à la fois inquiétante et tranquillisante.
‘The Fall’ sonne plus comme une ballade Pop efficace, avec un clavier élégant, mais reste néanmoins indissociable du reste de l’album par ce son si particulier propre à Mona Kazu.
C’est au tour de ‘Laetitia’ et quel plaisir pour mes oreilles de retrouver dans ce titre la sensualité d’une voix combinée à une guitare saturée et percutante!
Le septième titre, ‘Frank’, est tout aussi efficace, mention spéciale vers la fin du morceau pour ce mélange d’instruments plaisant.
Sur ‘Hiding-reprise’, on passe carrément du mystérieux au fantastique et impossible de ne pas se laisser couler dedans. ‘The island’ est de nouveau une petite ballade Pop portée par des touches Electro revigorantes.
L’avant-dernier morceau, ‘I’m not that one’, donne la pêche avec son intro qui danse, ses passages tout doux et sa fin explosive.
Pour terminer, ‘Argument’ nous résume assez bien l’ensemble des touches mélodiques et des possibilités vocales de cet album en un peu plus de quatre minutes.

Pas de panique, même si à première vue l’univers de Mona Kazu peut paraître bien spécial, il reste parfaitement accessible à toute oreille, surtout si vous aimez les ascenseurs émotionnels ! Même si l’effet quelque peu « répétitif » des mélodies tout au long de l’album peut lasser, le son si particulier de Mona Kazu m’a complètement rallié à sa cause.
« Arguments with a bird » est disponible depuis le 1er avril ici.

Ma seléction :
’23’, pour son originalité et l’esthétisme du clip.
‘Hiding-reprise’, parce que c’est beau tout simplement !

Pour retrouver Mona Kazu :
Website : http://www.monakazu.net/
Facebook : https://www.facebook.com/MonaKazu/?fref=ts
Twitter : https://twitter.com/MonaKazu
Bandcamp : http://music.monakazu.net/
Youtube : https://www.youtube.com/user/MonaKazu
Soundcloud : https://soundcloud.com/monakazu
Instagram : https://www.instagram.com/monakazumusic/

Je vous laisse avec le sublime clip de ’23’ :

Les commentaires sont fermés