Live Report : Mass Hysteria + We Are Shadows – L’Orange Bleue – 7/05/16

Démarrage sur les chapeaux de roues ! Arrivées à 14 heures précises à L’Orange Bleue, nous piaffons d’impatience, la salle est encore fermée. Quelques minutes plus tard le gardien du temple de la musique arrive avec les clefs. C’est tout sourire qu’il accepte de nous faire visiter les lieux lorsque nous lui en faisons la demande. Anciennes écuries refaites, la salle est petite mais superbe et fonctionnelle, avec zone fumeur extérieure fermée, toilettes en nombre suffisant et propres. L’équipe de l’Orange arrive au fur et à mesure et on sent que tout ce petit monde est heureux de faire vivre la salle et se réjouit de la programmation.

Et comment ! Dès les balances (oui oui, nous y étions) nous en prenons plein la tête et les oreilles. Découverte du groupe We are Shadows, baffe musicale, nous sommes bluffées par la voix de la chanteuse. Puissante, claire et technique, elle alterne sans forcer les murmures, le rauque et le chant plus traditionnel. Ses acolytes sont très présents scéniquement dès les balances, on perçoit l’envie, l’énergie et le plaisir. Avant d’aller plus loin, laissez nous vous présenter ce groupe !
Formation crée en 2015, située à Charleville-Mézières, on sait dès le départ que chacun est à sa place et a une réelle expérience antérieure, ils irradient dès la première note. Mélodies entêtantes, parfois hypnotiques, riffs lourds, voix extraordinaire au sens propre du terme. Si vous souhaitez vous faire une idée, allez faire un tour sur leur page Facebook… ou sur leur Soundcloud pour les écouter . N’oubliez pas de laisser une petite trace de votre passage si vous aimez ce qu’ils font, ils le méritent.

Les balances se poursuivent avec l’arrivée de Mass Hysteria. Notre quintet de choc, fidèle à d’habitude, est souriant, disponible pour son public, même pendant les réglages. Nous en profitons pour écouter quelques titres avec plaisir et les voyons s’éclater entre eux et se marrer. La soirée s’augure de mieux en mieux. Post balances ça discute, ça bavarde et ça plaisante dans tous les sens.

Une heure avant le show les portes se ferment, nous attendrons dehors dans la joie et la bonne humeur. Les copains sont arrivés de toute la France (Normandie, île de France, Belgique, et j’en oublie) tranquillement on en profite pour trinquer et commencer à s’échauffer. Ce soir ça va bouger, pas de crash-barrières et salle petite, on sait déjà que cela va secouer. L’avenir nous donnera raison.
Ouverture officielle de la salle, tout se passe tranquillement et le spectacle va pouvoir commencer.

We are Shadows confirme ce que nous avions pressentis pendant les balances. Le groupe est présent, énergique, les titres s’enchaînent, rythmés, fluides, un régal pour les cages à miel. Nous avons découvert des titres comme ‘Second Thoughts’, ‘Rose’, ‘If I were Brave’, ‘Double Me’, ‘Capture Bonding’, ‘Army Of Me’, ‘Waltz of Shadows’, et ‘Nothing’ pour clore leur show. Le public est très sage au début, le groupe ne s’économise pas et arrive à nous entraîner avec eux. La fin de la première partie arrive trop tôt avec un public heureux de leur prestation.

La température dans la salle a grimpé, nettement, et nous sommes plusieurs à nous demander comment le concert de Mass va se passer tant il fait chaud déjà.
Dès les premières notes de ‘Chiens de la Casse’ en ouverture, nous savons que cela va être mouvementé mais excellent ! Au premier rang, nous sommes littéralement propulsées allongées sur la scène. Le public pousse, saute, et commence direct à pogoter. Raphaël, Yann, Athom, Fred et Mouss nous gâtent ! Comme d’habitude, nos cinq gars ont une présence très forte sur scène, ils sourient, jouent avec le public, le son est bon, très bon même, on en prend plein les oreilles pour notre plus grand bonheur. L’enchaînement avec ‘Vae Soli’, une perle de la pépite qu’est l’album « Matière Noire », est naturel et le public suit de plus belle, la joie comme vengeance est scandée tant dans la fosse que par chacun des artistes. L’énergie se déploie dans la salle, le public se dépense, les chansons s’enchaînent, toujours avec professionnalisme et efficacité. Les extraits de « Matière Noire » s’entrecroisent avec des incontournables des albums précédents comme ‘P4’, ‘Babylone’, ou ‘Pulsion’.
Malheureusement la température de la salle continue de grimper et les Mass en souffrent. Malgré cette difficulté, le public est en transe lors de ‘L’enfer des Dieux’ et on sent le groupe littéralement habité par ce titre.
Cela pousse de plus en plus fort, et on regrette l’absence de ventilation et de crash barrière, mais tout le monde se régale, et le spectacle continue. Les derniers titres arrivent comme toujours trop vite. Et avec eux l’incontournable ‘Respect’. Les filles et les enfants sont invités à monter sur scène, une belle brochette de furieuses se déhanche sur la scène, les musiciens s’amusent avec, une petite puce de sept ou huit ans se retrouve propulsée devant le public et ne cache pas sa joie. Je croise le regard de sa maman, elle est aux anges. La scène est petite, Mouss nous régale de sa voix, juché sur le mur d’amplis et profite du spectacle. Cela va vous faire sourire mais tout le monde est heureux à ce moment là et les ondes sont positives à bloc. Le public redescend et le concert se termine avec ‘Plus que du Metal’ et ‘Furia’.

Le concert se termine, la foule commence à se disperser, mais nombreux sont ceux qui restent dans la salle, au coin bar ou regardent les roadies commencer à entamer leur ballet pour tout démonter. Les artistes récupèrent un peu avant de revenir avec nous tous, pour signer des autographes, faire des photos, échanger quelques mots. On ne le dira jamais assez mais la marque de fabrique de Mass Hysteria, en plus d’une musique excellente, est la disponibilité qu’ils ont pour chacun, Yann au Merch’ signe des autographes, Mouss fait de même au bar, Raphaël discute dans la salle avec le public, Fred enchaîne les photos avec les furieux et les furieuses, et Tom est de la partie bien sûr.
La foule se clairsème, les quelques fidèles traînent comme à leur habitude. Malgré la fatigue et les voix éraillées, les éclats de rire se font toujours entendre. La salle finit par fermer, et c’est assises sur un banc en pierre que nous reparlons de la soirée des endorphines plein la tête et de sacrés bleus à venir sur les cuisses se préparent mais nous ne les sentons pas encore. La nuit avance, et nous finissons par remonter en voiture pour y dormir quelques heures avant de reprendre la route.

En conclusion, malgré les inconvénients d’une salle trop chaude, nous avons adoré l’Orange Bleue et son sens de l’hospitalité, fait une superbe découverte avec We are Shadows et nous sommes régalées avec Mass Hysteria. On le referait volontiers, et d’ailleurs le 9 mai, Mass participe au lancement de produit de la gamme Marshall et, oh surprise, nous sommes de la partie…

Pour les photos de We are Shadows, c’est par ici (cliquez sur la photos pour accéder à la galerie).
Images non libres de droits. © Isis Picture Show

we are shadows (1)

Les commentaires sont fermés