Chronique : Sidilarsen – Dancefloor Bastards

On a beau le répéter, la scène indépendante française regorge de talents. Voilà bientôt vingt ans qu’ils tournent, et pourtant ce n’est que leur sixième opus.
Plutôt que de miser sur la quantité, Sidilarsen privilégie la qualité.

« Dancefloor Bastards », le nouveau né du groupe, est une pépite réunissant toutes les qualités des précédents albums. Complet, varié avec cette association des genres, direct, les toulousains ont encore haussé le ton depuis l’excellent « Chatterbox » et chacun y trouvera son compte.

Dès l’ouverture avec le magnifique ‘Spread it’, morceau phare, on en prend plein les cages à miel : une rythmique qui déboîte les enceintes, l’association toujours présente de Didou et Viber au chant, un message clair avec des « Tuons nos Dieux, sauvons les hommes », voilà la première bombe du groupe. Les autres titres nous en font voir de toutes les couleurs également, comme ‘Dancefloor bastards’ et son electro teintée des voix des artistes. Une montée en puissance tout au long de l’album, avec encore ‘Au maximum’ qui dégage une énergie impressionnante au milieu de cet album, avec toujours ces textes parlant de l’Humain.

Mais le coup de cœur principal de cette merveille reste le deuxième extrait diffusé par le groupe : ‘Guerres à vendre’. Tout en contrôle, le morceau débute sur une mélodie qui monte progressivement en puissance, et même si tout le monde sent le départ et surtout la perte de contrôle arriver, la baffe est là. S’il fallait résumer Sidilarsen sur un titre, c’est celui-ci. Les sons electro des machines, les textes avec une belle justesse des mots, le son lourd qui arrive et qui te colle les écouteurs aux oreilles, on sent les tripes, du Sidilarsen pur et dur, à la fois ancien et nouveau.
Mais attention à ne pas passer à côté d’autres morceaux comme ‘Le jour médian’, plus calme et plus doux avec ce piano et une voix qui fait toute la différence. Un titre ne ressemblant pas à ce que nous a habitué le groupe toulousain, mais qui se laisse facilement écouter et qui marque une petite pause dans cet album.

Pour continuer en beauté, le quintet a misé sur du lourd : avec un son électro-métal sur ‘Wall of shame’ du plus bel effet qui risque fort d’être un titre de live incontournable, ‘Religare’ qui nous amène entre paradis et enfer avec un son brut, une rythmique incroyable, et ‘Sois mon rêve’ du même acabit et dans la même veine que le précédent titre, Sidilarsen ne laisse pas la place au hasard et à l’ennui.
Un constat qui se confirme avec l’un des coups de cœur, ‘Au maximum’. L’Humain est une fois de plus mis en avant, sur des riffs entraînants, saupoudrés d’un saxophone. Surprenant, mais cela permet de donner une belle fraîcheur au morceau, avant de finir à fond de guitares, au maximum !

Les incompréhensions seraient plutôt à mettre sur d’autres morceaux. ‘Go fast’, qui n’a pas l’air d’avoir vraiment sa place ici, une interrogation pour ma part car quand on voit le niveau des toulousains, on se demande pourquoi un morceau de cet acabit.
La fin est plus mitigée également avec ‘I feel fine’, qui bien qu’elle s’inscrive dans la lignée des influences du groupe, ne m’a pas fait vibrer outre mesure.. Ceci dit, les fans de Trent Reznor et sa clique apprécieront sans aucun doute !

Le volume est déjà au maximum, et malgré quelques imperfections, les tripes ont encore valdingué de joie à chaque écoute, un plaisir non dissimulé ayant ravi les voisins de palier. Faites pareil ! On note plus de passages en anglais, une évolution qui déplaira aux puristes. Ce qui est plus une envie, un besoin des musiciens plutôt qu’un appât pour remplir la tirelire. L’évolution d’un groupe est essentielle, et « Dancefloor Bastards » cristallise toute la quintescence de Sidilarsen.

Souvent considéré comme le « petit frère » de Mass Hysteria, Sidilarsen trace pourtant depuis longtemps son propre chemin. On mesure le talent, on perd les mots.

Alors toi qui lit cet article : écoute le, diffuse le, partage le, spread it around !

Ma sélection :
Spread it
Guerres à vendre
Au maximum
Le jour médian

Pour retrouver Sidilarsen :
Website : http://www.sidilarsen.com/
Facebook : https://www.facebook.com/sidilarsen
Twitter :http://twitter.com/sidilarsen
Youtube : https://www.youtube.com/user/SidilarsenOfficiele

Les commentaires sont fermés