Live Report : Parkway Drive + Architects + Thy Art Is Murder – Le Transbordeur – 7/02/16

Parkway Drive + Architects + Thy Art Is Murder
Dimanche dernier, nous avions rendez-vous au Transbordeur de Villeurbanne (à côté de Lyon) pour une soirée metalcore avec un beau line up. Au programme : Thy Art Is Murder, Architects et Parkway Drive, la tête d’affiche, qui nous vient tout droit d’Australie pour défendre son cinquième album « Ire ». Quelle chance d’être en déplacement professionnel sur Lyon ce weekend là !

19h50, avec un poil d’avance les Australiens de Thy Art Is Murder entrent en scène pour trente minutes de gros metalcore. Ce n’est pas vraiment ma tasse de thé mais c’était efficace et énergique. Le nouveau chanteur, qui est arrivé il y a quelques semaines, assure son rôle face à un public très réactif !

20h45, c’est au tour d’Architects, un de mes groupes préférés. Ils attaquent par ‘Gravedigger’ et joueront une majorité de leur dernier album « Lost forever // Lost together ». Le public était en grande forme mais bien plus calme que je l’aurait imaginé. Dans cette même salle il y a neuf mois, il y avait beaucoup plus de monde pour hurler les refrains avec Sam. Ce qui n’a pas empêché le groupe de donner de l’énergie. Vers le milieu du set, Sam a prit deux minutes pour parler de dépression et inviter chacun à profiter au maximum du présent. Un bel instant qui m’a rappelé le discours de Joe (chanteur de Being As An Ocean) en soutien à l’association Hope For the Day au Never Say Die Tour. Ils ont beau screamer avec rage, ils ont quand même un cœur tendre ces metaleux.
Le set se terminera sur ‘These Colours Don’t Run’, leur plus connue et sur laquelle j’ai été déçue d’entendre aussi peu de gens hurler le fameux « YOU FUCKING PIGS ». Mais cela reste parfait pour clore un set qui est encore passé en un éclair. C’était mon troisième live d’Architects et je ne suis jamais déçue !

Changement de plateau. Un grand drapeau avec le logo du dernier album « IRE » de Parkway Drive apparait et nous cache la scène. Voyons si après moins d’un an et un album le live est meilleur !
Avant le concert, quelques musiques résonnent dans le Transbo, notamment ‘The final Countdown’ et ‘Bohemian Rhapsody’ sur lesquelles le public hurle et saute en rythme. Ça annonce encore une belle ambiance !
Les lumières s’éteignent, ‘Destroyer’ commence. On voit l’ombre des musiciens sur le drapeau qui nous cache la scène. Le public hurle « DESTROY !! DESTROY !! ».
Le drapeau tombe, des confettis et serpentins nous arrivent en plein visage et nous surprennent. Quelle entrée ! Si je m’étais attendue à me faire asperger de confettis dans un concert de metalcore !
Les musiciens apparaissent sur une scène bien plus simple et dégagée que l’an dernier, ce que je trouve un peu dommage. Les immenses drapeaux flottants, les pneus et éléments divers donnaient un côté désaffecté assez classe, malgré une lumière qui mettait mal tout cela en valeur. C’est comme s’ils partageaient avec nous un bout de leur Australie.

Parkway Drive © Sow Ay / Image libre de partage sans modification ni usage commercial.

Parkway Drive © Sow Ay / Image libre de partage sans modification ni usage commercial.

Mais il était sans doute plus probable de voir des confettis que des lance-flammes dans une petite salle. Je savais qu’ils en avaient sur leur tournée australienne, ils en ont partagé de magnifiques photos sur leur Instagram mais je ne m’y serais jamais attendu dans une petite salle ! Je comprends mieux pourquoi la scène est bien plus épurée et je n’ose imaginer la chaleur dans les premiers rangs.
Winston a passé le live avec un immense sourire aux lèvres, face à un public qui débordait d’énergie et hurlait chaque refrain. Voir les musiciens sourire, c’est quand même super contagieux ! À l’inverse, le bassiste paraissait beaucoup plus calme qu’à Clermont l’an dernier où il courait partout en riant. Je me suis même demandé si sous sa casquette et sans ses longs cheveux, c’était le même.
Pour le rappel, une ligne de flamme s’allumera au sol et ‘Crushed’ commencera. Aaaah, ma préférée ! Et quel puissance dans le son ! Je n’ai pu m’empêcher de penser que les flammes sont un bon moyen d’empêcher le public de monter sur scène pour slamer, comme on peut le voir dans de nombreux autres concerts du style. Un petit ‘Home Is for the Heartless’ et c’est déjà la fin.
Le live est également passé à une vitesse folle. L’album « Ire » a été le plus représenté et le set a été un poil plus long qu’à la Coopérative de mai, en juin dernier. Manque la petite reprise de ‘Bulls On Parade’ qui avait fait plaisir sur la setlist précédente.
Au final, j’ai préféré la scène qu’il avaient l’an dernier. S’il avait été possible d’associer le décor en chantier avec les lance-flammes de cette année, cela aurait été magnifique !

Merci aux groupes et au Transbo pour cette belle soirée !
Si Architects ou Parkway Drive repassent vers chez moi, j’y retournerai encore avec plaisir !

[Sow]

Les commentaires sont fermés