Chronique : The Chasers – Second Heart

Aujourd’hui on va parler d’un groupe qui répond au doux nom de The Chasers. Jeune groupe parisien, The Chasers a sorti un premier EP en 2013, «Close To Howling », et s’en sont suivis beaucoup de lives et une tournée en Russie.
Niveau style, ils se décrivent eux même comme du rock alternatif, mais il n’est pas chose aisé de leur coller une seule étiquette tellement leurs sonorités et influences sont larges. Pour les besoins de ce papier, nous utiliserons le terme plus ou moins générique de post-hardcore. Pour les puristes, on pourra trouver du Bring Me The Horizon, du Periphery par moment, mais aussi des passages bien plus doux et mélodieux nous ramenant à leurs penchants plus rock alternatif, et même une ballade !
Les français nous gratifient en ce début d’année d’un nouvel EP, « Second Heart », et c’est de ce dernier dont je vais vous parler. Huit titres, dont une intro, une belle promesse en terme de contenu.

En ouverture de cette galette on retrouve ‘Pushami’, un morceau planant, ambiant. Leur manière à eux de faire monter la mayonnaise. Plutôt judicieux, très bien articulé, ça laisse présager du bon.
Et là, c’est la claque, mais pas intégrale. Je prends un mur de guitares en pleine face (Steven Comte et Hoan Pham aux guitares, bravo les gars c’est monstrueux), la batterie est très bien répartie, et quant à la voix, elle est très bien soutenue et claire au milieu de tout ce monde. Mais où est Arthur Pham (basse), pourtant si technique quand on arrive à vraiment le distinguer. C’est un choix artistique me direz vous, mais quand on a un bassiste de cette qualité, pourquoi le cacher ?
Rectification faite sur l’équaliseur pour la basse, c’est un enchainement de parties calmes, de groove énormes et de voix maitrisées. La qualité de composition est là, et quelle évolution depuis le premier EP. On a du mal à croire qu’ils aient pu faire un tel bond en avant en si peu de temps. On notera que la qualité des parties de batterie est un maillon fort ici. Othman Belhadj fait un gros travail pour le groove et ça se sent !
En cherchant bien, on sent bien que Marc Blondeau est français, mais je chipote, il est puissant et incisif, typiquement le genre de chanteur qu’on sent capable de sauter partout en concerts.
Mention ultra spéciale pour ‘United’, dont le riff de guitare est voué à devenir culte ! Au delà de ça, l’EP est tout en équilibre, une maitrise parfaite de bout en bout, les parties dub-step, on aime ou on aime pas mais ne nous mentons pas, l’effet escompté est bien là.
On se fait littéralement happer par l’avant dernier titre ‘Under control’ (le single) qui a visiblement eu droit à une attention toute particulière aux vues de son format, de sa mélodie entêtante et du détail du mix.
Quand à la clôture, elle est surprenante et déroutante, je l’ai tantôt détestée tantôt adorée au fil des différentes écoutes. Une balade acoustique qui se transforme petit à petit comme si les musiciens entraient sur scène au fur et à mesure. Après plusieurs écoutes, je reste persuadé que ce n’est pas la meilleure façon de finir cet opus, qui dans l’ensemble m’a littéralement scotché, mais tous les goûts sont dans la nature.

Si je devais résumer en bref cet EP et ce groupe, je dirais que The Chasers fait partie de ces groupes qui te rappellent que la bonne musique n’a pas besoin d’étiquettes. Ils ont sans nul doute trouvé leur style, ils font leur musique, et au final, ça marche. Affaire à suivre donc, et premier défi, les voir en live pour confirmer tout ça !

Tracklist : 1. Pushami / 2. Second Heart / 3. Crashing Down / 4. United / 5. Sick and Tired / 6. No Guts No Glory / 7. Under Control / 8. One Last Time

Tu peux retrouver The Chasers en cliquant sur ces liens :
Website : http://www.the-chasers.com/
Facebook :
https://www.facebook.com/thechasersofficial/
Deezer : http://www.deezer.com/artist/199860

Les commentaires sont fermés