Live Report : Le Père Noël Rock #7 – Lofofora + Dex + Les Bizounours Fuckeur + Toxic Waste – Le Metaphone – Oignies (62) – 06/12/15

C’est dans la salle du Métaphone qu’a eu lieu la septième édition du festival Le Père Noël Rock au cours de laquelle se sont produits quatre groupes en ce début du mois de décembre. Une soirée pour la bonne cause, puisqu’en effet l’entrée n’était disponible qu’en échange d’un jouet qui serait reversé à des enfants issus de familles défavorisées. Un peu moins de cinq cents cadeaux ont ainsi été récoltés.

Bizounours Fuckeur - © Marc-Antoine PandaLa soirée débute avec Les Bizounours Fuckeur, un duo avec Christophe à la guitare et Bizounours Fuckeur - © Marc-Antoine PandaLaurent à la batterie. Rien de mieux pour débuter la soirée que du punk rock alternatif avec des paroles bien engagées. Avec un peu plus d’un an de scène dans les pattes, cette bande de potes a su mettre l’ambiance pour cette première partie de soirée en entre-mêlant compositions personnelles et reprises de titres de l’âge d’or du rock français chantés autrefois par les Bérus. Je relève également une belle petite prestation acoustique avec Mathilde, la fille de Christophe, ainsi que le duo avec Marc du groupe suivant, DeX.

DeX - © Marc-Antoine PandaDeX, un groupe originaire d’Hénin-Beaumont, joli port de France réputé pour… Ah non y’a rien de bien là bas… DeX - © Marc-Antoine PandaBref, DeX nous a offert une seconde partie punk metal sur un set d’un peu plus de quarante minutes pendant que la salle se remplissait petit à petit. En effet, le début des festivités était programmé à seize heures. Originaires du bassin minier du nord de la France, DeX nous offre également un répertoire de reprises des Bérus, en passant par les Pixies ou encore Nirvana, sur une touche un peu plus metal. Cette bande d’amis formée il y a juste cinq ans et qui a connu plusieurs changements de line up, nous a offert un set plutôt maîtrisé et nous a ouvert l’appétit pour les têtes d’affiche qui suivaient.

Arrive enfin, un groupe que j’admire, originaire lui aussi du nord de la France, et qui va fêter ses vingt cinq ans de scène en 2016. J’ai nommé les Toxic Waste ! C’est toujours un plaisir que de voir sur scène ce groupe issu de la scène rock française des années 90 au même titre que Les Sheriff, Les Cadavres ou encore Les Rats. Le groupe a connu plusieurs changements de bassistes au cours de la dernière décennie et ce jusqu’en octobre 2014 avec l’arrivée de Clem. Nos ch’tis keupons nous ont offert un avant goût de leur mini festival anniversaire qui aura lieu le samedi 2 avril 2016 à l’Aéronef de Lille (59) en compagnie des Sheriff, de Burning Head et des PKRK. L’ambiance dans la salle était bien présente tout le long de leur set. Nous avons pu redécouvrir les titres des quatre albums du groupe depuis leurs débuts (un cinquième album est en préparation). Musicalement parlant, je n’ai rien à redire sur ce groupe qui parcoure les routes de France et d’Europe depuis tant d’année. Le rendez vous est pris pour le 2 avril pour un joyeux bordel !

Et pour clôturer la soirée (et oui toutes bonnes choses ont une fin), Lofofora est venu faire trembler pour la dernière fois l’ancien site minier sur lequel la salle est basée (nulle crainte, c’est du solide). Lofofora - © Marc-Antoine PandaC’est la troisième fois en un mois que je voyais Lofofora, au moins la quinzième fois de l’année, et y’a pas à dire, je suis rodé ! Lofofora - © Marc-Antoine PandaMême si je suis loin des statistiques des tauliers qui suivent le groupe un peu partout depuis de nombreuses années (clin d’œil, ils se reconnaitront). Les fans sont présents, les premières notes de ‘Notre Terre’ retentissent, et le pit s’enflamme pour plus d’une heure trente de show. Tout comme lors du dernier live que j’ai fait de Lofofora (live report à retrouver ici), nous retrouvons des titres du dernier album « L’Épreuve Du Concert », y compris le clin d’œil à Schultz de Parabellum qui nous a quitté en septembre 2014 (reprise du titre ‘Amsterdam’). Lofofora - © Marc-Antoine PandaC’est toujours un plaisir de les voir sur scène et je crois que pour ma part la fièvre n’est pas prête de s’arrêter à chaque fois qu’ils passeront dans les régions limitrophes à la mienne.

En conclusion, la soirée s’est terminée un peu avant 21 heures (assez tôt non ?). La salle était chaude et c’est une bonne chose, le principal est d’avoir profité d’une bonne soirée et que des enfants auront un chouette Noël parce que les rockeurs ont du cœur. Mention spéciale au collectif Nuit Apache, qui a organisée l’évènement.

[Marc-Antoine]

Les commentaires sont fermés