Into the Crowd : Marjorie et Marine, fans de Biffy Clyro

Dans notre équipe, il y a non pas une mais deux grandes fans d’un certain groupe écossais. Ce mois-ci, donc, c’est Marjorie et Marine qui se sont prêtées au jeu du Into the Crowd.

_Alors pour commencer, présente nous le groupe dont tu es fan.

Marjorie : Biffy Clyro. C’est un groupe de rock qui vient d’Écosse. Ils sont trois : Simon Neil à la guitare et au chant, James Johnston à la basse et Ben Johnston, le frère jumeau du précédent, à la batterie. Ils sont amis d’enfance et ont commencé à faire de la musique quand ils étaient au lycée. Ils ont actuellement six albums studio et préparent le septième qui devrait sortir au printemps de cette année.

Marine : Marjorie les a bien présentés. Trois bellâtres tatoués qui jouent de la bonne musique torses nus. C’est l’un de mes trois groupes préférés au monde. À cause de leur musique, pas de leurs tatouages hein.

_ Comment a commencé ton histoire avec ce groupe ?

Marjorie : Ils étaient l’un des groupes programmés en première partie de Muse pour leur concert au Stade de France du 22 juin 2013. Je ne les connaissais pas du tout, j’avais juste écouté un titre pris au hasard sur Youtube quelques jours avant et j’avais bien aimé. Quand ils ont commencé à jouer, j’ai tout de suite accroché, ce fut un véritable coup de cœur.

Marine : Le même jour au même concert, de la même façon. J’avais regardé le clip de ‘Black Chandelier’ pour me faire une idée rapide mais pas plus car j’aime découvrir les artistes en live. Sur les concerts courts, ils commençaient par ‘Stingin’ Belle’, un de leurs morceaux que j’aime énormément. Première réaction dès les premières notes : Waouh, ça envoie ! J’ai été scotchée tout au long du set. Deuxième réaction : Pu*** je veux shooter ce groupe un jour. Je suis photographe de concerts depuis 2012 et je les ai immédiatement trouvés hyper photogéniques de par leur façon de bouger sur scène, leurs tatouages, surtout ceux de Simon, et j’étais frustrée de ne pas avoir d’appareil photo avec moi ce jour là. J’ai depuis pu réaliser ce vœu.

_ Qu’est ce qui te touche le plus chez eux ?

Marine :
Leur générosité sur scène. Ils donnent vraiment tout et ce n’est que du bonheur.

Marjorie : Leur maîtrise de la scène est impressionnante. Qu’ils jouent dans un stade ou dans une petite salle, ils se donnent à fond et y prennent du plaisir. Ils ont des titres très rock et d’autres beaucoup plus doux et mélodieux, j’aime ce mélange. Ils sont reconnaissants envers leur public et quand j’ai eu l’occasion de rencontrer les jumeaux, j’ai vu qu’ils étaient gentils et abordables.

_ Ton album ou morceau préféré ?

Marine : Je me sens plus proche des trois derniers albums, plus mélodiques et orchestraux. Dur dur de choisir entre ces trois. Je sais bien que c’est moi qui ait fait ce questionnaire mais cette question est vraiment difficile et ne choisir qu’un seul morceau dans le répertoire de Biffy m’est tout simplement impossible alors je vais zapper cette question…

Marjorie : Il y a vraiment très peu de titres que je n’aime pas, donc c’est difficile de choisir. Parmi les albums, je dirais « Puzzle », leur quatrième, sorti en 2007.

_ Combien de fois les as-tu vus en concert ?

Marjorie : Six fois, en France et en Écosse, que ce soit en première partie, en petite salle ou en festival.

Marine : Sept fois pour le moment, et j’espère avoir quelques occasions d’en faire d’autres cette année, en France et ailleurs. Pour l’un de ces sept concerts j’étais accréditée en tant que photographe et ce fût une expérience que je n’oublierai jamais.

_ Jusqu’où es-tu allée avec eux ?

Marjorie : Moi qui ne suis pas très téméraire, en décembre 2014, j’ai fait un aller-retour jusqu’à Glasgow sur un week-end pour les voir. Ils devaient jouer trois concerts trois soirs de suite au Barrowland, une ancienne salle de bal, en interprétant chaque soir deux albums de leur discographie. Je suis partie de chez moi jusqu’à Roissy, j’ai pris l’avion et me suis débrouillée pour rejoindre mon hôtel, puis la salle de concert. Toute seule. Heureusement, je savais que j’allais retrouver d’autres fans là-bas avec qui je discutais par messages depuis quelques mois mais que je ne connaissais pas en vrai. Je n’ai pas pu assister aux trois concerts à cause du boulot mais au final, ce fut un fantastique week-end ! Non seulement le live mais aussi la rencontre avec ces fans qui sont devenus des amis et la découverte de Glasgow qui est une ville géniale !

Marine : Pour diverses raisons je n’ai pas pu accompagner Marjorie au Barrowland et c’est quelque chose que je regrette vraiment. Sinon en sept concerts j’ai fait quelques kilomètres pour les voir à Paris, à Arras au Main Square, à Belfort, ou encore Bourges… Et j’ai surtout osé demander une accréditation photo pour leur concert de Lyon. Et j’ai pratiquement pleuré quand elle m’a été accordée.

_ Jusque où pourrais-tu aller ?

Marine : Sur la prochaine tournée, j’ai bien envie d’aller les voir à l’étranger, si possible surtout chez eux, en Écosse. J’ai vraiment hâte qu’ils nous donnent des dates et j’espère pouvoir les suivre un peu avec mon acolyte Marjorie.

Marjorie : Pour la prochaine tournée, si je pouvais les suivre un peu en Écosse, en France et/ou ailleurs, ce serait cool. J’adore les concerts et les voyages, donc quand je peux combiner les deux, c’est parfait !

_ Une anecdote que tu as envie de partager avec nous ?

Marine : Au Transbordeur, quand j’étais accréditée, on ne pouvait pas entrer ou sortir des crash par le côté comme normalement, et on a dû passer par dessus la barrière au milieu du public à chaque fois. Pour la première partie ça n’a pas été difficile car le public était encore un peu espacé. Mais lorsque nos écossais sont entrés sur scène, les gens se sont rapprochés et après la fin du troisième morceau il nous a été impossible de sortir comme nous étions entrés. Du coup les agents de sécurité ont été pris de court et le temps qu’ils réfléchissent à comment nous extraire de là, une fois mon matos rangé je me suis accoudée à la scène pendant ‘Sounds Like Ballons’. Simon était agenouillé juste au dessus et j’avais l’impression qu’il ne jouait que pour moi. Ça a été un moment privilégié que je n’oublierai jamais. Et après on a dû faire de l’escalade pour sortir de là.

Marjorie : J’étais partie avec des amis aux Eurockéennes de Belfort où Biffy Clyro devait jouer le dimanche en fin d’après-midi. On a assisté au concert et ensuite, en se promenant sur le site du festival, on a aperçu Ben, le batteur, qui discutait avec quelques fans. On est allés le voir et on a pu échanger avec lui sur leur prestation et sur les autres groupes programmés et prendre aussi quelques photos. Il est resté un bon moment avec la dizaine de fans que nous étions et a été adorable avec chacun d’entre nous.

_ Le meilleur concert ?

Marjorie : Chaque concert est un excellent souvenir mais je dirais celui de Glasgow pour son côté exceptionnel en tous points.

Marine : Pareil, chaque concert a été génial et j’ai d’excellents souvenirs depuis le premier, au Stade de France, où j’ai pris une claque en les découvrant, jusqu’au dernier aux Eurocks, où j’ai versé des larmes sur ‘Mountains’ et encore plus quand ma main s’est refermée sur le Graal de tout fan qui passe du temps en concerts, l’un des médiators de Simon, en passant par le Transbo, où j’ai pu les photographier.

_ Qu’est-ce que tu voudrais partager avec eux, en dehors de leur musique ?

Marine : J’espère vraiment pouvoir renouveler l’expérience photographique, et un jour les interviewer en face à face.

Marjorie : Depuis leur concert à Glasgow, je suis retournée en Écosse pour des vacances avec mon mari et mes enfants. On a bougé pas mal mais quand on regarde la carte, on n’en a vu qu’une petite partie. Il y a encore plein d’endroits que je veux visiter là-bas. Si au prochain voyage, ils pouvaient être nos guides pour nous faire découvrir leur pays, je serai ravie !

_ Et pour finir, dessine nous ton groupe préféré.

Marjorie : Dessiner n’est absolument pas un de mes talents, mais en voici un que j’avais trouvé sur internet et que j’aime beaucoup. Il date de quelques années et était attribué à « RadioactiveLemon » .12552767_10208246666861767_8631681384488717062_nMarine : Je vais plutôt vous montrer une de mes photos que j’aime le plus, prise au Transbordeur.

Simon Neil - Biffy Clyro - © Marine Poppins Photo non libre de droits.

Simon Neil – Biffy Clyro – © Marine Poppins
Photo non libre de droits.

Et avant de vous laisser, on en profite pour vous glisser le lien d’un extrait de leur dernier concert, le 31 décembre à Édimbourg.

Les commentaires sont fermés