Interview : JIMM

Nouvelle interview cette semaine sur Like A Melody ! Et c’est JIMM qui se mesure à notre plume aujourd’hui. 

_ Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter ?
Alors JIMM c’est un groupe de rock en power trio, avec des influences métal et punk sur des textes en français. On réside sur Paris.

_ D’où vient le nom du groupe ? Car ce n’est pas forcément une évidence pour ceux qui nous lisent !
Cela vient de mes initiales, JM à la base. Puis un pote m’appelait Jim à la fac, du coup j’ai gardé Jim car c’est devenu mon surnom et j’ai juste rajouté un M pour faire un peu moins classique.

_ Comment définiriez-vous le style dans lequel vous évoluez ?
Je dirais rock métal punk français si on veut faire large. Mais plus simplement pour moi c’est du heavy rock moderne. Après il y en a qui trouve que c’est du métal, d’autres du punk, mais l’essence même c’est du rock.

_ En rapport avec la question précédente justement, quelles sont vos influences ?
Principalement du rock US période 90/95 car c’est là que j’ai découvert le rock et commencé la guitare. Les albums de groupes comme Nirvana, Guns’n’Roses, Therapy ?, Pixies, Skunk Anansie, Smashing Pumpkins, Ramones, Bush. Puis des groupes apparus quelques années plus tard comme Muse, Papa Roach, Creed / Alter Bridge, Deftones.
Les Sex Pistols et Social distorsion aussi, j’ai pas mal écouté.
Tu rajoutes du blues, du rock français (TRUST) et le côté guitar heros pour les solos (Slash, Randy Rhoads) et on aura fait le tour.

_ Racontez nous votre parcours…
Le line up a pas mal changé depuis le début. Avec Étienne, le batteur actuel, nous nous sommes rencontrés il y a environ un an via un site d’annonces consacré à la musique. Puis Marc est arrivé à la basse cet été, je le connaissais déjà pour avoir fait une répète avec lui sur un autre projet.

_ Présentez nous votre discographie.
Il y a 2 albums. Le premier album éponyme est sorti en avril 2013, seulement en vente sur internet, via DOOWEET. Et puis tout récemment le deuxième album « IN[CAN]DECENCE » est sorti le 28/09 sur internet puis le 6//11 en magasins (FNAC, Gibert Joseph…). La distribution est assurée par Season of mist / Dooweet.

_ Vous avez sorti le 28 septembre dernier un nouvel album donc, qui s’intitule « In[can]decence ». Tu peux nous en parler ?
Il y a 10 titres. En français bien sûr. Il a été enregistré et mixé par Fred Duquesne (Mass Hysteria, Bukowski). C’est un mélange de rock métal punk, synthèse de toutes mes influences on va dire. Ce sont des morceaux simples, assez courts, de structure basique, avec des solos de guitares. J’essaie toujours de composer des chansons efficaces, avec des riffs accrocheurs et des mélodies que l’on peut facilement retenir.
Pour le moment les retours dans la presse et médias sont plutôt positifs, c’est cool.
On a réalisé 2 clips, pour ‘Occident oxydant’ et ‘Jamais de trêve’, visibles sur youtube. Pour le reste il faut aller écouter sur bandcamp, il y a pas mal de morceaux.

_ Comment se passe le processus de création ?
C’est assez simple, je ne me force jamais à composer, ça vient tout seul en fait. Quand je suis seul chez moi la plupart du temps. Des fois je prends ma gratte et je joue un truc en mode impro, souvent c’est pourri, mais de temps en temps ça sonne bien, et du coup tout s’enchaîne, il y a les mélodies qui résonnent dans ma tête, la suite du riff, tout se met en place assez vite pour la partie musique. C’est assez spontané et rapide. Ensuite je passe au texte, là j’ai plus de mal, j’y passe beaucoup plus de temps. Puis j’enregistre la démo avec mon home studio. A ce stade, j’ai le morceau quasiment fini bien souvent, ensuite viennent quelques arrangements avec les autres instruments ou en studio avec le producteur. Je n’ai jamais cru à la créativité en groupe, en répètes etc… J’ai essayé avec mon ancien groupe mais dans mon cas ça ne marche pas. Je suis plus efficace quand je compose seul.

_ Toujours dans l’actualité du groupe, un clip est déjà sorti ?
Oui même 2, visible sur youtube : ‘Occident oxydant’ et ‘Jamais de trêve’

_ JIMM, plutôt studio ou scène ?
J’aime bien les 2 en fait. Pas de préférence. Mais musicalement, en tant que musicien je veux dire, je trouve le travail en studio plus intéressant car j’apprends plus de choses, au niveau de la composition, des arrangements, du matos etc… Le live c’est plus un exutoire, de l’adrénaline, c’est plus physique. C’est plus stressant que le studio, mais plus excitant aussi car tu joues devant un public. Par contre il m’est déjà arrivé d’aller en studio en me disant, « aujourd’hui ça va être chiant », alors que pour les concerts non.

_ Votre meilleur souvenir de live ?
Il y a 2 ans on est parti jouer 3 soirs de suite en province (Clermont, Bordeaux, Toulouse). Au-delà des concerts on s’était bien marré.

_ Un endroit particulier dans lequel vous aimeriez jouer ?
Pour y avoir été en tant que spectateur le Whisky à Gogo à Los Angeles.

_ Vous diriez quoi à quelqu’un qui ne vous connaît pas pour l’attirer à un concert ?
Viens et je te donnerai mes tickets de boissons.

_ Une question qui vous touche, que pensez-vous de la scène émergente française ?
Ça dépend de quelle scène rock tu parles. Je vais parler de celle qui me concerne du coup. Donc pour ce qui est du rock, métal, ou punk en français, je trouve qu’il n’y pas assez de groupes qui chantent en français, et j’ai même parfois l’impression que c’est devenu un inconvénient de faire ce choix de langue. La plupart des groupes qui chantent en français et qui tournent bien actuellement sont des groupes relativement anciens. Les groupes de rock en français des années 2010 et qui remplissent des salles je n’en vois pas.

_ Avec quel groupe rêveriez-vous d’enregistrer un morceau ?
Johnny Halliday.

_ Votre morceau absolu du moment ?
Niveau rock je dirais ‘Walk away’ sur le dernier album de Michael Monroe. Niveau tube de la bande FM je trouve le morceau ‘Can’t feel my face’ de The Weekend super bien foutu.

_ Et maintenant, un truc inavouable que vous écoutez ?
J.Halliday même si je ne m’en suis jamais caché, j’aime bien pas mal de ses morceaux. Sinon c’est plus surprenant qu’inavouable, mais du Flamenco genre Jesse Cook. Les Gipsy Kings aussi j’aime bien.

_ Un concert qui vous a marqué en tant que spectateur.
Iggy Pop en 99 à Brive. J’étais au premier rang avec des potes, on est monté sur scène sur ‘The Passenger’ et on est ressorti à moitié sourd du concert.

_ Parlons avenir, quels sont les projets du groupe ?
Faire un max de concerts, surtout en province, notamment des festivals, ce serait bien.

_ Des dates à venir ?
A Lille au Midland le 23/01, à Roissy en Brie le 26/02 au Pub ADK.

_ Où peut-/on vous retrouver ?
Facebook pour l’actu, bandcamp pour la musique, et youtube pour les clips, principalement. Tout est centralisé ici : www.jimm.fr

_ Une petite anecdote à nous raconter ?
Sans rentrer dans les détails du pourquoi et comment, en août 2014 j’ai hébergé le frère de Slash (mon guitariste préféré) à Paris, dans mon appartement de 20m2. Le truc surréaliste.

Merci JIMM et à bientôt !

Liens utiles :
Facebook de JIMM
Site internet
Label Dooweet

Les commentaires sont fermés