Chronique : Voodoo Kills – Running to the Grave (clip)

On vous avait présenté il y’a quelque temps le groupe Franco-US Voodoo Kills, avec sa vibe rock « old school » à la No Doubt et sa charismatique chanteuse, Marine.
Si vous n’avez pas encore écouté leur EP (chronique ICI), faites-le d’urgence, vous pourrez vous vanter d’avoir présenté un truc cool à vos potes et à Grand-Maman en cette période de fêtes. C’est CADEAU. Aujourd’hui je vais donc vous parler du clip de ‘Running to the Grave’, sorti pour Halloween.

On nous plonge directement dans un univers mi-sombre/mi-lumière, très Voodoo (logique en même temps) où Mademoiselle se place en reine des morts et nous apparait comme dans un songe, oscillant entre jeu de scène et paysage urbain délabré avec une qualité de production franchement impressionnante.
On sent comme un frisson au fur et à mesure qu’on avance sur l’air suave, et les percussions de Michelle (basse), Paul (guitare) et Ivan (batterie) en arrière plan se chargent à merveille de relayer l’impact de chacune des paroles qui s’échappent des lèvres noires de notre sudiste pour venir s’exploser contre les remparts de nos aprioris… Ils les vivent, chaque mot, chaque note, on le ressent comme une onde de choc. Sur leur scène ils s’approprient tout l’espace, ce qui nous donne très envie de les voir s’exécuter en live (revenez nous voir les chéris, allez quoi ! PS: on a du Ricard, je dis ça je dis rien).
D’un autre côté, les paroles sont tellement pleines de sens qu’on aurait aimé que le groupe aille un peu plus loin pour leur donner vie et nous communiquer leur rage. On aimerait la vivre de façon un peu plus personnelle cette chanson, comme une prière Voodoo… Parce que le message, on le capte on ne peut mieux, mais le mettre en situation, c’est autre chose… Ce qui manque à ce clip pour atteindre la perfection ce serait une touche de mise en scène à la Avril Lavigne dans ‘What The Hell’ où l’on verrait un Bad Boy de L.A se faire traumatiser, des objets voler, des fringues se faire arracher… Et pourquoi pas un peu de magie de la Nouvelle-Orléans !
J’attends avec impatience leur prochain clip, et cette équipe de petits sauvageons promet bien de nous surprendre s’ils continuent sur cette voie là.

Bisous, et n’oubliez-pas de vous soûler au traditionnel repas de Noël familial (personne ne peut survivre à ça sobre, pas même le mec en rouge et blanc qui a oublié d’aller courir depuis que ses rennes se tapent tout le sale boulot).

[Marie]

Les commentaires sont fermés