Chronique : Larmor Light – Odyssey of Dust

Aujourd’hui nous nous intéressons à nouveau à Larmor Light, un désormais duo nous venant de Normandie, composé de Reynald et Hélène. Les deux membres du groupe, présentés comme chanteurs-guitaristes, ont sorti un mini-album acoustique en octobre dernier, « Odyssey of Dust ».
Je me lance donc dans l’écoute de celui-ci, et là grosse surprise ! C’est très riche et varié. Je m’attendais à du guitare-chant sur tous les morceaux, et on en est assez loin en fait.

Dès les premières notes d’ ‘Amazon Road’, une batterie est présente et donne le ton. Ce sera bien rythmé et mélodique, pop, rock et folk, il n’en faut pas plus pour attirer mon attention. Ce premier titre, dirigé par la voix d’Hélène, est assez long (plus de cinq minutes), et c’est peut-être bien son défaut. En effet, la fin du morceau n’est que répétition du refrain avec un fondu long pour conclure. C’est une structure assez courante qui me déplaît un peu, mais ce n’est que mon avis personnel. En revanche, le morceau contient un solo de guitare assez long accompagné par des vocalises, c’est un très bon point permettant de varier le morceau.

Le deuxième morceau, ‘Iventory’, commence plus simplement que le premier, avec seulement un riff à la guitare acoustique qui sera rejoint par la voix. Mais cette fois, c’est une voix masculine, celle de Reynald. En effet, les deux membres du groupe étant chanteurs, ils peuvent basculer d’une voix féminine à masculine entre deux morceaux, ou bien au sein d’un même morceau et ainsi proposer un produit plus abouti. La voix et la guitare de Reynald sont rejoints par des arpèges et la voix d’Hélène après une minute. Et ce n’est pas tout, le morceau s’étoffe encore par la suite. En effet, une basse et une batterie se rajoutent à la composition afin de parfaire le tout. Le morceau se termine plus calmement avec un rappel de l’intro.

Troisième titre de l’opus, ‘Speak to the Wind’ est plus calme. On retrouve la voix d’Hélène, et s’ajoute à celle-ci et à la guitare un violon qui donne un côté mélodique plus marqué. Le morceau s’écoute d’une traite et est également plus folk que les précédents avec une grande part instrumentale qui n’est pas déplaisante.

On attaque maintenant ‘Seed of Faith’, plus pop. Le morceau débute par une rythmique assez rapide à la guitare électrique, très vite rejointe par la batterie, la basse et la voix. C’est un morceau très entraînant qui se laisse écouter sans difficulté jusqu’au morceau suivant.

Et ce morceau, c’est ‘View Under the Sky’, plus lent que le précédent, avec cette fois-ci une voix masculine un peu à la Dave Grohl. J’aime beaucoup ce morceau, la voix est très communicative et s’adapte parfaitement à l’instrumentale qu’elle couvre (une rythmique à la guitare folk avec quelques notes à la guitare électrique, rejoint sur la deuxième partie du morceau par la basse et la batterie). Ce morceau est une fois de plus très abouti et plaisant.

On arrive maintenant au dernier morceau, un bonus track appelé ‘All But a Saint’. J’ai d’abord cru à un morceau totalement instrumental, mais il n’en est rien. Les voix d’Hélène et de Reynald se joignent aux guitares après une minute et terminent ensembles ce morceau et cet opus de façon très complémentaire.

En résumé, « Odyssey of Dust » a été une très belle découverte, bien plus complète et riche que ce à quoi je m’attendais d’après la description du groupe. Je vous conseille d’aller y jeter un œil curieux. Je leur souhaite bon vent pour la suite de leurs aventures en attendant de pouvoir les croiser dans une salle de concert.

[Anthony L.]

Vous pouvez également retrouver la chronique du précédent EP de Larmor Light,  « The Linden Tree Tapes » ici et l’interview de Reynald que nous avions réalisés en mars ici.

FACEBOOK : ICI.
SOUNDCLOUD : ICI.

Les commentaires sont fermés