Live Report : Beth Hart + French Tobacco – Le Transbordeur (69) – 15/11/15

 

Il y a un avant et un après.

IMG_1361

Cet après, nous l’avons vécu dans la salle du Transbordeur à Lyon, comme un pied de nez à ceux qui veulent faire taire la liberté.

Ce soir, ils n’ont pas gagné, nous sommes là, pour un concert avec French Tobacco et Beth Hart, bière à la main, poing levé, rock au bout des oreilles.

Ce soir, il règne une atmosphère assez lourde ici, beaucoup d’émotions mais également une certaine forme de rapprochement, comme si nous n’étions qu’un dans la pénombre de la scène, conscients de l’instant.

Ce soir, nous sommes unis.

Cela va se confirmer par la suite. Les lumières s’éteignent et French Tobacco, de son vrai nom Sacha, s’avance simplIMG_1357ement sur le devant de la scène, avec sa guitare et sa valise. Stacy comme il l’appelle, a fait les 400 coups avec lui, servant de porte bonheur ainsi que de batterie portative. Pendant les 30 minutes de spectacle, French Tobacco m’a subjugué : une vraie claque folk rock qui fait plaisir à entendre. Chacun de ses morceaux est empreint d’émotions, de justesse, qui nous permet d’être complètement emportés dans son monde. Et à voir le public tout autour, il fait mouche à chaque note. Sa reprise de Johnny Cash et ‘Personal Jesus’ lui permet de mettre les derniers sceptiques au diapason, et la magie de la musique prend tout son sens. Et alors qu’il pose sa guitare, il nous invite à chanter, à l’unisson, ‘La Marseillaise’. Des frissons me parcourent l’échine, tant les sentiments qui m’envahissent sont puissants alors que le Transbordeur résonne de l’hymne national. Il s’est passé quelque chose lors de ces minutes, à n’en pas douter.

C’est ensuite au tour de Beth Hart et sa bande d’entrer sur scène. Et avant de commencer son shoIMG_1365w, elle aussi rend hommage aux victimes du 13 Novembre, sur un fond bleu blanc rouge, avec son morceau ‘Leave the light on’. De circonstance. D’une intensité remarquable, l’assistance ne pipe mot. Son interprétation et l’énergie qu’elle dégage derrière son piano montrent une sincérité et une compassion qui se ressentent aux quatre coins de la salle. Après des applaudissements plus que mérités, le show commence réellement. Ici pour présenter son nouvel album « Better than home », l’américaine nous livre un opus encore plus poignant. Et si t’as écouté ses disques, tu es loin de la réalité : Beth Hart c’est un charisme, une voix puissante à en déchirer l’air, alternant morceaux énergiques et chansons berçantes. L’ambiance intimiste avec bougies et chandelles y joue beaucoup également, pas besoin de plus d’artifices pour créer une belle ambiance. La complicité avec ses musiciens se ressent, s’entend, s’observe. Dans la foule, les têtes balancent, les pieds tapent le sol. L’alchimie a pris, et le public en redemande toujours, et les artistes nous servent des titres chargés d’énergie comme ‘Trouble’ ou encore ‘Tell her you belong’.
Mais après 1h30 de show, la belle et ses bêtes doivent rendre les instruments. Même si certains auront un pincement de ne pas avoir eu ‘Temper’ ou ‘Bang bang boum boum’, nul doute qu’ils ont pu s’éloigner du monde extérieur pendant ce formidable instant de musique.

Ce soir, nous avons tous retrouvé ce monde où la magie opère, où la foule est libre, et heureuse de partager.

Ce soir, c’était la musique avant toute chose, et c’était bien là l’essentiel.

IMG_1376

Les commentaires sont fermés