Into the Crowd : Arnaud, fan d’Eluveitie

_ Pour commencer, peux tu nous présenter le groupe dont tu es fan ?

Eluveitie est un groupe de folk metal d’origine Helvète. Il s’est formé en 2002 autour de Chrigel Glanzmann, le chanteur multi-instrumentiste du groupe.
C’est un groupe formé de neuf membres, ce qui fait un sacré monde sur scène. Outre les instruments classiques d’un groupe de metal (guitare(s), basse, batterie), les membres jouent tous d’un instrument atypique issu du folklore traditionnel celtique : flûtes, cornemuses, mandolines, violons, vielle à roue … Ça donne des sonorités qu’on n’a pas l’habitude d’entendre, et ça hérisse les poils.

_ Comment a commencé ton histoire avec ce groupe ?

Déjà, j’ai l’impression de les connaître depuis toujours.
A l’époque, je jouais énormément à WoW et j’étais constamment à la recherche de nouveautés à écouter pendant le jeu. Je les ai connus sur leur premier EP, ça doit donc dater de 2004 ou 2005, ensuite leur premier album est sorti en 2006 et là, j’ai pris une violente claque avec.
Donc autant dire que ça fait dix ans que c’est une histoire d’amour. Et j’espère que ça ne va pas s’arrêter de si tôt.

_ Qu’est ce qui te touche le plus chez eux ?

Ce sont des conteurs. Ils racontent toujours des histoires dans leurs chansons, et je pense que c’est quelque chose qui s’est perdu. Comme la langue qu’ils utilisent pour chanter en plus de l’anglais : le gaulois helvète. C’est une langue très musicale qui marche à merveille avec le folk.
C’est surtout un groupe qui sait nous transporter. Chaque titre est un voyage. À chaque écoute, j’ai l’impression de me retrouver sur un champ de bataille en pleine campagne à buter quelques barbares, à la taverne avec une bonne chope dans les mains ou dans une profonde forêt à réciter des incantations chamaniques.

_ Ton album ou morceau préféré ?

En choisir un seul de chaque serait un véritable crève-cœur tant j’aime tous les albums et tous les titres.
Si je devais isoler 3 morceaux, il y aurait :
– ‘Tegernako’ de l’album « Spirit » (2006) qui raconte comment les peuples celtiques ont été abusés au Moyen-Âge par la volonté des Empereurs ou par la religion. On leur avait promis une belle vie, mais ils n’ont eu que la misère. C’est une chanson puissante, on a l’impression qu’elle ne finit jamais, un peu comme la souffrance de ces peuples.
– ‘Slania’s Song’ de l’album « Slania » (2008) : je crois que c’est la première chanson en gaulois que j’ai entendue d’eux. Elle parle de leur pays natal, la Suisse, et de comment ce pays est né. C’est une chanson assez douce, chantée par Anna et Chrigel. Je l’aime beaucoup car elle parle de leur fierté d’être suisse, et de l’honneur des hommes qui ont versé leur sang pour que leur pays devienne justement un pays. Je pense que cette hymne leur est dédié et c’est ça qui rend cette chanson puissante de sens.
– La dernière serait certainement ‘Havoc’ de l’album « Helvetios » (2012). C’est une chanson guerrière. Elle raconte en gros la Guerre des Gaules, du temps de César et du grand Empire Romain. La rage que Chrigel insuffle dans cette chanson est proportionnelle à la rage que les guerriers celtes ont déployée pour défendre leurs terres et leur liberté, condamnés d’avance par la force et le nombre de César. C’est une chanson puissante, comme je les aime.
Choisir un album par contre est tout bonnement impossible. Ils ont tous une identité, et sont tous excellents.

_ Combien de fois les as-tu vus en concert ?

Cinq fois. Et c’est pas assez, c’est jamais assez !
Pour moi, le minimum de concerts à voir d’un groupe correspond au nombre de membres du groupe. J’ai vu six fois Rammstein par exemple. Donc pour Eluveitie, il m’en manque quatre avant d’arriver à mon minimum tolérable !

_ Jusqu’où es-tu allé avec eux ?

La première fois que je les ai vus, j’habitais à Strasbourg, et je suis allé au Trabendo à Paris.
La seconde fois, j’ai voulu aller les voir chez eux, en Suisse. J’habitais encore à Strasbourg et je me rappelle avoir fait cinq heures de route pour descendre jusqu’à Genève.
Après, je les ai vus au Hellfest en 2014, et au mois de novembre de la même année, alors que j’étais en train de préparer un important salon avec ma boîte. Et dernièrement, je les ai vus à Marseille, mais ça fait déjà trop longtemps.

_ Jusque où pourrais-tu aller ?

Aussi loin que pourrait me le permettre ma voiture et mon compte en banque. Le majeur problème que j’ai est mon travail, qui me pompe quatre vingt dix pour cents de mon temps. Et il est assez compliqué d’aller loin.

_ Une anecdote que tu as envie de partager avec nous ?

Je me rappelle du concert de Lyon en novembre 2014. Il faisait un froid de canard et j’avais apporté mon drapeau suisse pour me le faire dédicacer. Je me rappelle avoir échangé quelques mots avec Chrigel, qui était complètement mort de fatigue, et qui avait assez de mal à aligner trois mots. Pour s’excuser, il m’a proposé une clope, et on a pu discuter quelques minutes de plus ensemble en s’en fumant une, c’était assez sympa.

_ Le meilleur concert ?

TOUS !
Il n’y a rien à jeter dans aucun concert. Je pense que tous les concerts peuvent être les meilleurs si on décide de les vivre à fond ! Oublie ce que je viens de dire, SOAD a été dur à vivre ! Surtout pour toi !

_ Qu’est-ce que tu voudrais partager avec eux, en dehors de leur musique ?

Du temps et des bières. J’aimerais pouvoir leur parler un peu plus, leur dire que j’ai vécu en Suisse pendant un moment, et que je comprends leur sentiment de fierté par rapport à leur pays, à leurs terres et à leurs traditions. C’est un pays magnifique, qui me manque de temps en temps. Je les suis depuis leurs débuts, donc il y aurait des millions de choses que je souhaiterais leur dire.

_ Merci Arnaud !

Retrouvez Eluveitie sur :
– leur site internet officiel
– leur page facebook officielle
– la page fan facebook française
– leur page Deezer

Les commentaires sont fermés