Into the Crowd : Julien, fan de Muse

_Pour commencer, peux tu nous présenter le groupe dont tu es fan ?

Muse
! Un groupe de rock assez connu je pense, trio formé de Matthew Bellamy, Christopher Wolstenholme et Dominic Howard, avec aujourd’hui sept albums à leur actif et des milliers de concerts partout dans le monde…

_ Comment a commencé ton histoire avec ce groupe ?

Difficile de m’en souvenir précisément. J’étais assez jeune et je sais que j’accrochais beaucoup à des titres qui passaient à la radio comme ‘Hysteria’, ‘Time is Running Out’, ‘Sing for Absolution’. Avec la sortie de leur 4e album, « Black Holes & Revelations », j’ai accroché de plus en plus, et je crois que je suis tombé amoureux du groupe en regardant leur live « HAARP ». Depuis je ne les ai plus quittés…

_ Qu’est ce qui te touche le plus chez eux ?

Ça dépend beaucoup des albums ou des morceaux. Je crois que le point commun à tous, c’est la voix de Bellamy que je trouve vraiment unique. Mais ce qu’ils construisent autour de chaque morceau est unique, et ce que j’aime c’est à la fois la simplicité qu’ils peuvent garder depuis des années, mêlée à la grandiloquence et aux délires de Bellamy dans les thèmes abordés…

_ Ton album ou morceau préféré ?

Difficile de choisir… Pour l’album, à la limite ça serait « Origin of Symmetry », tellement l’album me semble parfait en tout point. Pour le morceau préféré, ça varie souvent entre ‘Citizen Erased’, ‘Showbiz’ et ‘Butterflies & Hurricane’, selon mon humeur.

_Que penses-tu de l’évolution du groupe ?

Le dernier album est sorti récemment, et je suis assez sceptique sur ce dernier. Le groupe l’avait vendu comme un retour aux sources évident, mais, même s’il y a beaucoup plus de morceaux rock et «heavy» comme ils disent, j’ai été un peu déçu de la deuxième partie de l’album où je trouve qu’il y a un manque de renouvellement du groupe, et des morceaux trop plats ou caricaturaux. Ceci dit, ils évoluent en permanence et arrivent toujours à nous surprendre, dans le bon ou dans le mauvais sens, au moins on est sûr de ressentir quelque chose avec eux, que ce soit des frissons ou des rires (on ne peut vraiment pas rester sérieux en écoutant la piste « Drones » de l’album du même nom !).

_ Combien de fois les as-tu vus en concert ?

Neuf ! Et dans toutes les configurations: petites salles, grandes salles, festivals, stades…

_ Jusqu’où es-tu allé avec eux ?

En 2011, ils ont annoncé un concert événement au festival Reading, pour l’anniversaire d’ « Origin of Symmetry ». Le plan était de jouer l’intégralité de l’album, dans l’ordre, avec une mise en scène adaptée… Impossible de résister, j’ai claqué mes économies dans la place pour le festival, les billets d’avion et l’hôtel…

_ Jusque où pourrais-tu aller ?

Je crois que c’était déjà pas mal comme folie.

_ Une anecdote que tu as envie de partager avec nous ?

Le lendemain de ce concert au Reading, le bassiste Chris avait annoncé un foot entre fans sur une pelouse dans la banlieue londonienne. Je m’y suis rendu avec d’autres fans et j’ai pu faire quelques photos de lui en train de s’amuser, en toute simplicité. Quelques jours plus tard, j’ai réussi à le contacter pour lui transmettre les photos. Il avait l’air plutôt content, ça fait toujours plaisir !

_ Le meilleur concert ?

Question très difficile…Je ne crois pas que j’arriverais à n’en choisir qu’un. Le Reading avait une ambiance de folie, mais les Stade de France au premier rang ça laisse aussi de très bons souvenirs, tout comme le Casino de Paris…

_ Qu’est-ce que tu voudrais partager avec eux, en dehors de leur musique ?

Je jouerais bien quelques parties de FIFA avec Chris.

Merci !

Les commentaires sont fermés