Live Report : Toxic Frogs – Ninkasi Gerland (69) – 07/04/15

Toxic Frogs
Que les machos se tiennent à carreaux, Toxic Frogs envoie du gros !

En ce mardi 7 Avril, une bande de nanas avait donné rendez vous à la faune locale pour patauger avec eux dans la mare Ninkasi.
MaIMG_0666lins sont ceux qui ont accepté. Pourtant, lors de l’installation, les visages sont tendus, la pression ? Non me dit Elvina, dans un sourire presque forcé! Mais j’ai confiance, elles ont beau être toxiques, je suis sûr de ne pas me tromper de grenouilles.
Et puis quand tu te retournes et que tu vois une horde de cuisses prête à danser, on ne peut pas se tromper ! Quelques masques étranges parmi les animaux présents d’ailleurs.

Mais ne nous égarons pas, les Frogs entrent sur scène. À la baguette (ou auchevalet), Ella. Elle réunit autour de Lydie les autres rainettes , et voilà qu’Elvina lance le show avec un « Hey » énergique! Alors qu’elles enchaînent avec un air plus celtique que sceptique, Ella accompagnée d’Elvina au chant, commence à chauffer la foule. Les violons électriques entrent dans la danse, ça swinge dans les nénuphars. D’abord lent, puis de plus en plus rapiIMG_0673de, chacun tape du pied au son des futs de Lydie et des archets de Perrine et Ella. On ne commentera pas le petit croâc, ou couac, l’ingé son règle les sonorités à la demande de chacune rapidement.
On enchaîne sur le deuxième morceau, avec un sympathique duo violonesque Ella-Perrine, droit dans les yeux, sourires aux lèvres, elles envoient déjà les têtes valser dans l’assistance. Du haut de ses talons rouges, Lucianne prend son pied et ses cordes, sautant en rythme, jouant à l’unisson, ça rocks de la grenouille et du punk.
Sorti de derrière les marécages, un solo de violon du plus bel effet, Ella s’acharne sur son instrument et son archet.
C’est alors qu’arrive un crapaud (Suisse peut être, je ne me fie qu’à la tenue!) qui se mêle au quintet et armé de sa percu, donne le rythme, suivi par des grenouilles toutes souriantes au vue de l’accueil réservée. La salle, comportant quelques masques de grenouilles, sautille et danse au rythme des musiciens. On sent le IMG_0683plaisir ressortir des enceintes !

Les mélodies se suivent et ne se ressemblent pas, avec maintenant un morceau plus doux, mais non pas moins entraînant. Je me croirais presque emmené sur un beau voilier, chevauchant les flots et l’écume. Ne larguez pas les rainettes, nous sommes happy, le navire frogs est lancé, on ne peut l’arrêter. Une chanson qui emporte, transporte, loin de la ville et de la foule.

Allez bam, c’était bien la balade? Reviens sur terre, il est temps de repartir à l’aventure. Les violons crissent, la guitare sToxic Frogs‘excite, la basse devient énergique. Ici, Lucianne passe à la basse, Elvina à la gratte.
Ca envoie du bouzin, la corde claque, les doigts s’agitent, les pieds s’excitent, les frogs sans un tic.
Ce morceau pourrait tout droit être sorti de Galway, il ne donne qu’une envie : s’éclater les pieds !
On enchaîne sur une reprise de Rose Tattoo des Dropkicks Murphys, Lucianne fait résonner ses 6 cordes, les violons suivent dans un morceau presque langoureux… Mais que nenni! Viens on s’emporte pour mieux faire valser la foule!
Je suis épris des reprises des ladies, je suis conquis, pris dans la valse des violons et le tempo de la batterie et le ton juste de la voix remplie d’émotions d’Elvina.
Main dans la main, on se bouge du coté du Ninkasi! Cette fougue aurait pu venir plus tôt, car les nanas ne se sont pas retenues, mais elle fait plaisir à voir.

Hier, elles ont bouclé leur projet de financement pour leur album, un opus qui promet de croasser dans les enceintes. Et si t’as pas compris que tu loupais quelque chose, dépêche toi de plonger dans leur monde.

 

Les commentaires sont fermés