Live Report : Une réussite pour le festival Les Faits d’Hiver

Les 20 et 21 février dernier s’est déroulé au Moulin de Louviers, la 8ème édition du Festival Les Faits d’Hiver. Cet évènement rassemblait cette année plusieurs activités : des concerts bien sûr, mais également un atelier de Light-Painting, une balade contée en ville, un atelier de marionnettes pour les enfants, des expositions photographiques et artistiques, des projections de courts-métrages ainsi qu’une prestation de danse moderne. Les concerts étaient assurés par des groupes originaires de Normandie.

Jour 1

Le vendredi, The Footnotes ouvraient le bal. C’est un duo originaire du Havre qui nous a présenté ses morceaux folk dans une ambiance douce et chaleureuse. Une très bonne entrée en matière.

Puis venait le groupe Babiole : 6 musiciens pour nous faire rire sur des « chansons épicées », comme ils disent eux-mêmes. Des chansons en français, drôles et décalées, parfois coquines, sur le Capitaine Haddock, des drôles d’oiseaux ou les OGM…

Pour finir, ce sont les Naughty Brothers, originaires d’Evreux, qui entreront en scène. Ils ont déjà écumé pas mal de scènes de la région mais je les découvre ce soir. Très élégants, en chemises blanches et costumes noirs, ils nous emmèneront dans leurs compositions de blues, de groove, de rock et de soul jusqu’à la fin de la soirée.

Une première soirée très sympa, faite de musiques variées, que le public semble avoir largement appréciée.

Jour 2

Beaucoup plus de monde à l’entrée du Moulin pour la soirée du samedi. Des groupes de ce soir, je ne connais que Tallisker que j’ai déjà vue 2 fois et que j’apprécie beaucoup. Et c’est elle qui lance la soirée ! « Bonjour, je m’appelle Tallisker ! Comme le whisky écossais mais avec deux l. » C’est ainsi que se présente cette jeune artiste, et c’est effectivement au voyage qu’elle nous invite avec ses mélodies folk et trip hop douces et sa voix aérienne. Un voyage vers les bords de mer brumeux, les landes et les falaises, les maisons de granit, comme celle dont elle nous parle, qu’elle rejoint pour composer ses chansons à l’écart du monde. On ferme les yeux et on les voit ces paysages qu’elle nous décrit avec sa musique en bande sonore. Elle est seule en scène et joue alternativement de la guitare et du violoncelle. Elle enregistre avec son ordinateur portable les boucles de guitare qu’elle joue devant nous, ce qui nous permet d’entendre toujours les sons du début même lorsqu’elle change d’instrument. Elle semble timide et fragile mais maîtrise parfaitement sa prestation et réussira sans mal à ravir le public.

Ensuite, ce sera Shifumi Orkestar qui fera danser les festivaliers au son de sa musique tzigane. C’est endiablé et festif ! Les musiciens et les instruments sont nombreux, les airs traditionnels mêlent accordéon, clarinette, violon, saxophone, guitare, basse, batterie… Avec eux aussi, on part en voyage, cette fois dans les pays de l’est de l’Europe, jusqu’au village de Dracula !

Skull’s Day aura la tâche de clôturer le week-end. Ils jouent du punk-ska, sont fans de Rancid et des Ramones. Ils en joueront d’ailleurs une chanson, ‘Blitzkrieg Bop’, mélangée avec un morceau de ‘Jumpin’ Jack Flash’ des Rolling Stones. Les musiciens se déchaînent, le public également. Ils mettent le coup d’adrénaline bienvenu pour la fin de la soirée. Pour terminer en beauté, le dernier titre sera une reprise de l’excellent ‘Tick Tick Boom’ de The Hives, qui fera plaisir à l’ensemble des spectateurs, moi y compris !

Pour conclure, près de 900 personnes sont venues écouter les différents concerts, une réussite pour ce petit festival gratuit qui nous a offert une programmation régionale variée et de qualité dans une ambiance conviviale, avec une organisation au top et des bénévoles très sympas.

A l’année prochaine !

[Marjorie]

Toutes mes photos du festival ici :

http://sliceoflives.piwigo.com/index?/category/24-concerts_2015

Les commentaires sont fermés